FANDOM


Âme de dragon (Succès)
Cette page est une ébauche. Vous pouvez aider à la compléter en cliquant sur l'onglet "modifier" en haut de la page.
Voir aussi : Divayth Fyr

Divayth Fyr est un puissant sorcier dunmer rencontré pour la première fois au temple du Tribunal de Longsanglot alors qu'il cherche un moyen de pénétrer dans la Cité mécanique de Sotha Sil.

Interactions Modifier

Vers la Cité mécanique Modifier

Un servant de Divayth Fyr, le sorcier elfe noir, est venu trouver le Vestige pour lui faire une offre. Fyr prévoit une « expédition spéciale » pour laquelle il a besoin d'un compagnon héroïque.

Conversations Modifier

Vers la Cité mécanique Modifier

Ah ! Vous voici enfin. Venez, nous avons beaucoup à discuter.

Vous êtes arrivé. Je me nomme Divayth Fyr, seigneur sorcier de Tel Fyr. Je pense que point n'est besoin d'en dire plus.
Vous avez donc choisi de me rejoindre. Excellent ! Je cherche un artefact daedrique puissant. Il se trouve dans un pays lointain, une cité luisante et périlleuse, havre d'étrangetés et de contradictions. En un tel lieu, l'ouverture d'esprit est capitale. Voilà pourquoi vous êtes parfait.
À quoi je m'engage, exactement ? Très peu ont entrepris ce voyage. Nous allons nous rendre jusqu'à l'étrange expérience de Sotha Sil, la Cité mécanique. J'ai des recherches à mener. Vous m'y aiderez.

Vous savez comment atteindre la Cité mécanique ? Bien sûr. Les Tribuns ne sont pas assez adroits pour me cacher un tel endroit très longtemps. La Cité est tout près, et aussi très loin. C'est le premier des nombreux paradoxes de Sotha Sil. Si vous choisissez de vous joindre à moi, préparez-vous à en affronter bien d'autres.
Pourquoi me demander mon aide ?
Réponse standard: L'avenir cache bien ses secrets, mais j'en ai entrevu quelques images. Votre esprit suit celui des rois et des héros. Croyez-moi, votre chemin vous mène vers le pouvoir. Vous ne me croyez pas ? Tant mieux. Une bonne dose de scepticisme vous sera utile, par la suite.
Quête principale d'ESO: Morrowind terminée: Vous avez sauvé la vie d'un dieu vivant. Oui, je suis au courant du service que vous avez rendu à Vivec, et de votre conflit contre le Vil Clavicus. Déjouer les plans d'un prince Daedra n'est pas mince affaire. Je n'imagine pas meilleur candidat pour m'accompagner dans la Cité mécanique.
Salles de la fabrication terminées: [?]
Très bien, je vais travailler avec vous. Bien sûr. Naturellement, vous avez des questions. Hélas, elles devront attendre. Les serviteurs du Tribunal n'apprécient guère ce genre de voyages blasphématoires. Retrouvez-moi à la cascade, au nord de la ville. Nous y aborderons les détails.

Préparez-vous donc, mais faites vite. Le temps joue contre nous.

Le Vestige retrouva Divayth Fyr derrière la cascade.

Vous voilà ! Venez ! Ici, derrière la chute d'eau !

Voici enfin mon comparse. La suite de notre voyage débute par cette petite grotte sinistre. Une vraie surprise ! Croyez-moi, ce n'est pas la dernière. Nous pouvons parler librement, ici, mais faites vite. Toute cette splendeur naturelle est... pesante.
Vous avez parlé de Sotha Sil. Qui est-il ? Le Père des Mystères, le Dieu mécanique, le grand architecte et autres titres tout aussi banals. Sotha Sil, ou Seht, est membre du Tribunal elfe noir. Il règne sur Morrowind comme dieu de l'art et de la sorcellerie. C'est le plus sage et le plus discret des Trois.

Vous le connaissez bien ? Ha ! Nul ne connaît vraiment Sotha Sil, pas même ses hordes d'adorateurs émerveillés. J'ai étudié avec lui avant son ascension, et même alors, il défiait la compréhension. Son seul véritable pair était Indoril Nérévar. C'est bien dommage, qu'il ait tourné comme ça.
Indoril Nérévar ? Tout à fait. Saint Nérévar le Capitaine. Notre roi, notre plus grand champion, pendant une époque. Il est tragiquement mort lors d'un voyage vers le cœur du Mont Écarlate. Ce fut très soudain. Certains pensent que le coup fatal fut porté par son vassal, Dagoth Ur. Mais d'autres...
Et qu'en pensent les autres ? Certains pensent que Sotha Sil, Vivec et Almalexia ont assassiné Nérévar pour prendre le pouvoir divin. Qui saurait dire où se situe la vérité ? Quoi qu'il en soit, Sotha Sil est ressorti de cette montagne encore plus inabordable.
Que s'est-il passé d'après vous ? Je pense que ça n'a aucun intérêt. Le silence de Sotha Sil peut être le résultat du chagrin, du regret, ou un effet secondaire de ses obsessions dévorantes. Voire les trois ? Peu m'importe comment il est devenu un dieu. Je respecte son savoir, rien de plus.

Pourquoi Sotha Sil a-t-il caché la Cité mécanique ici ? Sotha Sil cache tout. Mais pour vous répondre, ce n'est pas une simple ville, c'est un appareil à la puissance incompréhensible, capable de façonner des mondes. On ne laisse pas ça traîner n'importe où, non ? Et Almalexia s'inquiète de ce que cette Cité dit de sa divinité.

Almalexia ? Oui, l'autre membre du Tribunal. Une machine que l'on peut étudier, voire comprendre, avec assez de temps. Elle craint qu'en réduisant sa divinité à une machine, Sotha Sil ne trivialise la mystique du Tribunal. Sotha Sil a la noblesse d'ignorer entièrement ces protestations.

Que comptez-vous trouver à la Cité mécanique ? Un appareil daedrique. Je m'intéresse beaucoup à ces objets, mais celui-ci me paraît particulièrement pertinent. Voyez-vous, presque tous ceux qui le cherchent trouvent la mort. Je pense que quelque chose ou quelqu'un a caché cet appareil dans la Cité mécanique.

Vous ne craignez pas de chercher un objet qui a causé tant de morts ? Aucune de ces victimes n'était Divayth Fyr. Je n'ai pas vécu si longtemps en évitant les reliques dangereuses. Si cet artefact a poussé quelqu'un à massacrer des dizaines de mages, il mérite clairement qu'on le cherche.

Le Vestige suivit Divayth Fyr dans les cryptes de la Cité mécanique.

Hum... C'est encore plus venteux que dans mes souvenirs. Venez.
Bienvenue dans la cité dwemer de Bamz-Amschend... telle quelle. La ville sainte d'Ayem, Longsanglot, a des racines dwemers. Ironique, n'est-ce pas ?
Curieux. Ce chemin est pratiquement inconnu, mais cet échafaudage a l'air récent. Des Ordonnateurs renégats, peut-être ? Soyez vigilant.
Sotha Sil a toujours discrètement admiré l'industrie dwemer. Cela explique peut-être pourquoi il a construit cette cité.
Cet ascenseur mène aux parties les plus perdues des ruines, et à notre destination. Venez. Par là. L'entrée est droit devant.
Vous voyez, de l'autre côté du ravin ? C'est la porte.
Les factotums de Sotha Sil se souviennent de moi. Touchant.
Rien ne peut vous préparer à ce qui vous attend, mais essayez quand même. Touchez la sphère. La Cité mécanique attend.


Ça alors ! Ce n'est pas la Forteresse d'airain. Quelqu'un a dévié notre chemin. Audacieux, mais téméraire. Ils ne savent pas ce... minute. J'ai... froid.

L'ombre de Divayth Fyr s'anima soudain d'une vie propre et attaqua son propriétaire.

Partez, créature. Mon ombre ! Ma puissance ! Rattrapez-la !

L'ombre traîtresse de Divayth l'entraîna lui et le Vestige dans une salle gardée par des factotums mécaniques.

Les factotums ! Ils s'activent !
Aux armes ! Je vous appuierai du mieux possible.
En voilà d'autres. Détruisez-les !
D'autres, au sud-est ! Préparez-vous !
J'espère que ce sont les derniers !
Saletés de mécaniques. Mon ombre est encore proche. Hâtons-nous !

Divayth et le Vestige poursuivirent leur chemin à travers le Goupillon.

Des lames sur pivot... Formidable ! Je suis incapable d'explorer ce bazar. Tâchez de désarmer ces pièges.

Peut-être ne suis-je pas parvenu à vous faire comprendre la gravité de la situation. Si l'ombre s'enfuit, nous pourrions ne jamais pouvoir partir d'ici. Alors, si vous avez quelque chose à dire, faites-le vite.
C'était vraiment votre ombre ? Oui, et peut-être quelque chose d'autre. En arrachant mon ombre, notre assaillant m'a retiré une part vitale de l'animus. Mon âme, en langue ordinaire. Sans cela, mon pouvoir est grandement diminué. C'est inadmissible, bien sûr.

Savez-vous comment récupérer votre ombre ? Cela pourrait vous surprendre, mais c'est la première fois qu'on m'arrache mon ombre. Je trouverai malgré tout une solution. Ne vous occupez pas des détails. Mais préparez-vous à vous battre. Tout dépendra de votre adresse. Je compte sur vous.

Vous savez ce qui nous a amenés ici ? Pas encore. Nous aurions dû directement arriver à la Forteresse d'airain, la principale agglomération de Sil dans la Cité mécanique. Mais pourtant, nous sommes ici. C'est agaçant.

Comment compte-t-on sortir d'ici ? Une chose à la fois, si vous voulez bien. Il nous suffira de trouver un repaire, ou une carte... ou autre. Une fois que j'aurai déterminé où nous sommes, il sera rapide de trouver une sortie. Laissez-moi faire. Vous, concentrez-vous sur les pièges.

Le Vestige désactiva les pièges.

Bien joué. « Tué par des lames rotatives » n'est pas une épitaphe digne de Divayth Fyr.
Je reconnais ces lieux. C'est la forge pneumatique. Partons dès que possible.
Sotha Sil y construit les factotums, ses serviteurs mécaniques. Ils rejettent tous les intrus. Quelqu'un cherche à nous tuer.

Le Vestige et Divayth rattrapèrent son ombre.

Enfin ! Neutralisez cette horreur, mais ne la tuez pas. Je dois récupérer ma puissance.
Attrapez-le, il se multiplie !

Divayth et le Vestige vinrent à bout de l'ombre traîtresse.

Arrière. Je dois récupérer ce qui est mien.
Maliad, khebeit tehir ! Devahrokad sint molad !

Divayth récupéra ses pouvoirs, mais une armée de factotums se réveilla.

Enfin ! L'absence n'est jamais plus forte que quand ce qui vous manque essaie de vous tuer.
D'autres machines ridicules ? J'en ai assez !

Divayth Fyr se débarrassa des factotums en leur lança une gerbe de feu.

Venez. Il nous reste une longue route à faire.

Divayth et le Vestige atteignirent la surface de la Cité mécanique.

Contemplez la Cité mécanique ! Enfin ! La Forteresse d'airain de Sotha Sil est au bout de ce chemin.
Il faut y aller tout de suite. J'ai hâte de savoir qui nous a envoyé faire une jolie balade dans le Pneumatis.

Suivez cette route jusqu'à la Forteresse d'airain. Quand vous verrez l'oratoire, prenez au nord... ou ce qui sert de nord, ici. Si vous avez autre chose à faire, allez-y, et puis retrouvez-moi aux portes de la forteresse lorsque vous serez disposé à poursuivre.
Tout va bien ? Vous vous inquiétez pour moi ? C'est touchant. Je finirai par me remettre en temps voulu. Vous avez admirablement agi, ici. J'admets que j'avais des doutes. Mais ne vous inquiétez pas, je doute de tout le monde.

Vous savez ce qui a perturbé notre voyage ? Non. J'espérais, en récupérant mon ombre, que je pourrais apercevoir notre adversaire ou mon trésor. Hélas, rien. On dirait que l'enquête se fera de manière plus traditionnelle.
De quelle récompense parlez-vous ? Vous avez déjà oublié ? Je viens à la Cité mécanique chercher un artefact daedrique. Nos mésaventures dans le Pneumatis et cette mystérieuse relique ont une origine commune, j'en suis certain. Il ne reste qu'à l'identifier.

Vous avez mieux à faire ? Entendu. Faites vite et retrouvez-moi à la Forteresse d'airain.
Vous voici. Bien.

Une imposante magicienne mécanique tomba sur le duo devant les portes de la Forteresse d'airain.

  • Proctor Luciana Pullo: Divayth ! Je vous avais dit de ne pas revenir ! Et vous ? J'imagine que vous êtes un larbin de Fyr ?
  • Divayth Fyr: Luciana Pullo. Accueillante, comme toujours. Allez donc lui parler. Je n'ai pas de temps à perdre avec quelqu'un d'irascible comme elle.
    Vous devriez parler à Luciana... Ce n'est pas moi qui le ferai.

Le Vestige écouta les consignes du proctor Pullo et reparla à Divayth Fyr.

Luciana n'a rien perdu de ses charmantes manières. Comme prévu.
On dirait que je ne serai pas le bienvenu en ville tant que je n'aurai pas trouvé quelqu'un pour se porter garant de moi. Ah oui, cette étrange coutume de garantie mutuelle. J'avais oublié ce contretemps. En tant qu'ami et pair de Sotha Sil, je vais et viens à ma guise. J'imagine qu'il vaut mieux que vous m'attendiez ici. Je viendrai vous chercher, si j'ai besoin de vous.

Je me demande parfois pourquoi Sotha Sil laisse ces gens ridicules vivre ici. Peut-être n'est-ce qu'une expérience de plus. Enfin, j'imagine que ça n'a guère d'importance. Personne ne m'empêchera de passer. Pas même le proctor Luciana.
Vous ne pouvez pas vous porter garant de moi ? Je ne suis pas citoyen. Et même si je l'étais, je ne perdrais pas mon temps à m'embourber dans leur obscure bureaucratie. Vous avez prouvé que vous êtes quelqu'un de compétent, je suis certain que vous trouverez une solution. Trouvez votre coopteur. Nous nous reparlerons bientôt.

J'apprécie que vous m'ayez aidé à la forge pneumatique, mais nous devons à présent aller chacun notre route. L'artefact que nous cherchons ne restera pas longtemps en place, je ne peux me permettre aucun retard. Venez au terme de cet absurde rituel. Et vite. Je vous retrouverai après.
Qui est Luciana Pullo ? L'une des larbins de Sotha Sil. Chef proctor des Apôtres mécaniques. Vous aurez peut-être remarqué quelques défauts cosmétiques. À franchement parler, je pense qu'elle tient davantage de l'automate que de la créature de chair et de sang. C'est ce qui tend à indiquer son attitude, en tout cas.

Pourquoi une Impériale servirait-elle un dieu elfe noir ? Sil accepte tout le monde. Impériaux, Brétons... même les Argoniens. Luciana est peut-être l'une de ses serviteurs les plus anciennes. Elle était mage de bataille de l'empereur Réman Cyrodiil, dans sa jeunesse. Elle s'est taillé une belle réputation pendant l'invasion akaviroise.
Que lui est-il arrivé ? Comment a-t-elle atterri ici ? Selon la légende, elle aurait été prise dans un torrent d'énergie arcanique pendant une bataille contre un mage rival. Son corps mal en point fut envoyé à travers le voile. Elle a fini par se retrouver ici. Sil l'a trouvée peu après, et a soigné ses blessures.
Et maintenant, elle est à son service ? Tout à fait. j'ai d'abord cru qu'elle le servait par un quelconque sens de l'obligation, pour le remercier de sa bonté. Mais apparemment, elle croit vraiment en cet endroit. Il paraît qu'ils sont un peu en froid. Mais elle le sert encore, à sa manière de chien fidèle.
Elle n'avait pas l'air heureuse de vous voir. Les gens comme elle le sont rarement. Voyez-vous, j'ai une influence déstabilisante. Je rejette toute illusion d'autorité, et donc tout leur mode de vie. La hiérarchie, les rituels, les révérences... tout cela est une supercherie. Je respecte le pouvoir, mais pas les apparences sociales absurdes.

Luciana a parlé des Apôtres mécaniques. Oui, c'est un ordre monastique... en quelque sorte. Ils servent Sotha Sil par leurs études magiques. Les Apôtres se considèrent comme des iconoclastes qui repoussent les frontières de la praxis magique. Cela n'est pas sans lien avec la vérité, mais ils restent néanmoins pénibles.

Et ils sont tous comme Luciana ? Vous voulez dire, des monstruosités à moitié métalliques ? Plus ou moins. Certains se modifient davantage que les autres. C'est une forme de révérence. Ils veulent être davantage comme Sotha Sil. Voyez-vous, Sil possède quelques... enfin, vous verrez par vous-même.

Pourquoi Luciana a-t-elle appelé Sotha Sil « Seht » ? Sil possède de nombreux noms. Sotha Sil, Seht, SI, le Dieu mécanique... et ainsi de suite. C'est très pénible, si vous voulez mon avis. Les Apôtres mécaniques l'appellent généralement Seht. C'est le nom dont il signe ses versets et ses sermons. Je l'appelle Sil, parce que je ne suis pas un crétin aveugle.

Apparitions Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .