FANDOM


Âme de dragon (Succès)
Cette page est une ébauche. Vous pouvez aider à la compléter en cliquant sur l'onglet "modifier" en haut de la page.

Le roi Fahara'jad est le roi rougegarde de Martelfell et l'un des dirigeants de l'Alliance de Daguefilante.

Conversations Modifier

Le réveil des morts Modifier

Bienvenue à Sentinelle, aventurier. Si vous venez au sujet des quais, soyez tranquille, je suis au courant. Je suis navré que vous découvriez la ville sous un jour si peu flatteur, mais votre venue est peut-être de bon augure. Qui sait, peut-être pourrez-vous nous aider à lutter contre la Main de Gloire ?
Qu'est-ce que la Main de Gloire ? Des nécromanciens, emmenés par Uwafa et Alasan, fils de Suturah, un homme que j'ai vaincu il y a bien des lunes. Le problème, c'est leur armée de revenants. Il n'y a pas eu de plus grand déshonneur en Alik'r que de s'en prendre à nos ancêtres. Mes soldats ne s'attaqueront jamais aux morts-vivants.

Puis-je vous aider d'une façon ou d'une autre ? Absolument ! J'ai besoin d'une intervention extérieure, dans ce combat. Je me suis vu contraint d'envoyer le prince Azah, mon fils, mener l'enquête. Mais il a besoin d'aide. Si votre offre tient toujours, allez demander conseil au général Thoda. Vous le trouverez chez lui.
Je vais parler au général Thoda séance tenante.

Le général Thoda est un conseiller de confiance et un bon ami. Il a eu vent des rumeurs qui courent sur la Main de Gloire. Il pourra nous aider. Gardez-vous bien d'en parler à qui que ce soit. Tout le monde se souvient de Suturah, et la nouvelle du retour de ses fils provoquerait un mouvement de panique.
Comment avez-vous vaincu Suturah ? C'est une longue histoire, et je ne peux pas lui rendre justice maintenant, mais la bataille contre Suturah fut la plus difficile de ma vie, tant en termes militaires que politiques. Ce sont les Ash'abah qui nous ont sauvés. Ils avaient la tâche ingrate de combattre les morts-vivants.

Qui sont les Ash'abah ? Les Ash'abah... Par où commencer ? Ils sont parmi, nous mais seulement dans les ombres. Les gens les croient maudits. Ce sont des guerriers déchus honorant un serment sacré prêté par leurs ancêtres. Ils doivent combattre les morts quand on fait appel à eux.
Où sont-ils, maintenant ? Je n'ai pas fait appel à eux. J'ai même ignoré leurs avertissements. Vous devez comprendre : le peuple les méprise. Faire appel à eux pourrait me coûter la couronne. C'est pourquoi je dois m'appuyer sur vous, voyageur.

D'où viennent les superstitions ? Ce n'est pas une ancienne coutume yokudane, mais une tradition qui est née dans le désert. Les restes humains se décomposent lentement, ici, et notre peuple a fini par croire que les corps de leurs ancêtres étaient sacrés. Les abîmer attireraient leur malédiction.

Et la population y croit encore, de nos jours ? Bien sûr. Voyez-vous, la culture d'Alik'r a évolué autour de cet idéal. Beaucoup d'entre nous réalisent que des exceptions doivent être faites, mais dans ma position, demander à mes soldats de frappe les morts-vivants provoquerait un tollé, voire une rébellion.

Alik'r a bien dû déjà combattre les morts-vivants au cours de son histoire. Oui. La plus grande menace mort-vivante qu'Alik'r a dû affronter remonte à la Première Ère, quand les dirigeants yokudans étaient en train d'y prendre pied. C'est alors que les parades des Anseïs furent créées.

Que sont les parades des Anseïs ? Elles représentent notre meilleur espoir, car peu importe l'importance de la menace représente par la Main de Gloire, elle n'est rien par rapport à celle des nécromanciens de la Première Ère. Les parades contiennent les esprits de trois Anseïs héroïques qui se sont sacrifiés pour nous protéger.
Comment fonctionnent les parades des Anseïs ? Elles maintiennent l'accord avec les Divins. Tant que nous consacrons les morts au nom de Tu'whacca, ils ne peuvent pas être relevés, même par la plus puissante nécromancie. Ainsi, la Main de Gloire ne peut relever que ceux qui n'ont par été consacrés.

Apparitions Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .