FANDOM


Voir l'article principal : Livres (Skyrim)

La Guerre draconique est un livre présent dans :

Localisations connues Modifier

Skyrim Modifier

Contenu du livre Modifier

Lors de l'Ère Méréthique, quand Ysgramor et son peuple arrivèrent pour la première fois à Tamriel, ils introduisirent leur culte animiste dans la province. Certains érudits pensent que ces hommes primitifs vénéraient les mêmes divinités que nous, en les représentant cependant sous forme d'animaux totems. Ils déifiaient l'aigle, le loup, le serpent, le papillon de nuit, le hibou, la baleine, l'ours, le renard et le dragon. On trouve parfois vestiges de leurs totems de pierre dans les étendues lointaines de Bordeciel.

Le plus important de ces animaux était le dragon, appelé "drah-gkon" en nordique ancien. Le terme "dov-rha" est parfois employé également, mais son étymologie reste à ce jour inconnue. Quoi qu'il en soit, seuls les prêtres-dragons avaient le droit de prononcer ces mots. Des temples majestueux furent bâtis pour honorer et apaiser les dragons. Les ruines de ces édifices parsèment toujours la province à notre époque, hantées par des draugr et des prêtres-dragons morts-vivants.

Les dragons, par leur nature même, embrassaient leur rôle d'êtres divins et souverains exerçant leur domination sur les humains. Après tout, n'avaient-ils pas été façonnés à l'image d'Akatosh lui-même ? N'étaient-ils pas supérieurs en tout point à ces masses de créatures insignifiantes qui les vénéraient ? Pour les dragons, la puissance était la vérité. Ils avaient la puissance, leur statut était donc incontestable. Ils accordaient un peu de cette puissance aux prêtres-dragons en échange de leur soumission absolue. Par ce privilège, les prêtres-dragons régnaient sur les hommes au même titre que les rois. Les dragons avaient mieux à faire que de régner eux-mêmes, cela va de soi.

À Atmora, terre d'origine d'Ysgramor et de son peuple, les prêtres-dragons avaient établi un ensemble de lois pour préserver la paix entre les dragons et les hommes, et ils se contentaient d'exiger qu'un tribut soit payé par les sujets à leurs souverains tout-puissants. À Tamriel, ils étaient loin d'être aussi bienveillants. On ignore si cette divergence a pour cause un prêtre-dragon ambitieux, un certain dragon ou une série de rois faibles. Quoi qu'il en soit, les prêtres-dragons se mirent un jour à régner d'une main de fer, réduisant le reste de la population à l'esclavage.

Le peuple finit par se soulever et les prêtres-dragons tentèrent d'écraser la rébellion. En voyant que leurs émissaires n'étaient plus en mesure de collecter le tribut ni de contrôler les masses, les dragons répondirent promptement et surtout, brutalement. C'est ainsi que commença la Guerre draconique.

Les hommes furent massacrés par milliers au début des hostilités, mais d'après certains textes anciens, quelques dragons auraient fini par se ranger dans leur camp. Nul ne sait pourquoi. Les prêtres des Neufs Divins prétendent qu'Akatosh lui-même serait intervenu. Auprès de ces dragons devenus leurs alliés, les hommes apprirent des sortilèges magiques capables de terrasser l'ennemi. C'est alors que le courant de la guerre commença à tourner et que les dragons se mirent à tomber eux aussi.

À l'issue de cette longue guerre sanglante, les prêtres-dragons furent renversés et les dragons, massacrés en grands nombres. Les survivants se dispersèrent et s'installèrent à l'écart des hommes. Malgré tout, le culte du dragon survécut en s'adaptant. Les adeptes bâtirent des tertres pour inhumer les dragons tombés au combat, pensant qu'ils reviendraient un jour à la vie et récompenseraient leurs fidèles serviteurs

Apparitions Modifier

Bethsoftblack
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.
La GBT
Cette page contient pour partie du contenu trouvé sur la Grande Bibliothèque de Tamriel. Tout crédit leur revient donc pour les éléments empruntés à leur travail.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .