FANDOM


Voir l'article principal : Livres (Skyrim)
Voir l'article principal : Livres (Oblivion)

Voir: Livres (Skyrim), Livres (Oblivion)

Le lecteur de la cuisine rouge est un livre présent dans The Elder Scrolls V: Skyrim et The Elder Scrolls IV: Oblivion.

Effets Modifier

LocalisationModifier

Oblivion Modifier

Skyrim Châtellerie d’Épervine

  • Gardepins, sanctuaire, dans la salle des cuisines.

Le Clos

Haafingar

La Brèche

Contenu Modifier

Par Simocles Quo


Bien que modeste de nature, je dois admettre que j'ai été fier que le père de notre empereur, feu Pelagius IV, m'ait considéré comme le plus fin connaisseur de Tamriel. Il a également eu la bonté de me nommer Premier maître de cuisine de la Cour impériale. Jusqu'à présent, il n'y en a pas eu d'autres. Certains empereurs ont bien entendu eu des chefs et des cuisiniers à leur service, mais c'est uniquement sous le règne de Pelagius qu'une personne d'un grand raffinement a été choisie pour prévoir les menus et sélectionner les meilleurs produits pour la cour. Son fils Uriel m'a demandé de conserver mon poste, mais j'ai malheureusement dû décliner son offre, en raison de mon grand âge et de ma santé médiocre.

Ce livre ne se veut cependant pas une autobiographie. J'ai connu bon nombre d'aventures dans ma vie en tant que chevalier de la bonne chère, mais j'ai des intentions bien plus spécifiques pour ce livre. On m'a moult fois posé la question suivante : "Quelle est la meilleure chose que vous ayez mangée ?"

La réponse n'est pas simple. Un bon repas, ce n'est pas uniquement une question de nourriture, c'est aussi un décor, une compagnie et une atmosphère. Qu'il s'agisse d'un simple rôti ou d'un ragoût peu élaboré, si vous le mangez en compagnie de l'amour de votre vie, vous vous souviendrez de ce repas. En revanche, si on vous présente un festin composé de douze plats différents, mais que vos compagnons vous ennuient et que vous ne vous sentez pas très bien, vous vous empresserez de l'oublier, ou en garderez un mauvais souvenir.

Parfois, les repas sont mémorables en raison des circonstances dans lesquelles ils sont pris.

Récemment, au nord de Bordeciel, j'ai connu une mésaventure. Je me trouvais avec un groupe de pêcheurs et j'observais la technique qu'ils utilisaient pour capturer un poisson rare et délicieux du nom de merringar. Ce poisson se trouve uniquement en pleine mer, très loin des rivages, et j'ai donc dû voyager une semaine en bateau. Nous trouvâmes notre banc de merringars, mais lorsque les pêcheurs commencèrent à les capturer, le sang attira une famille de dreugh, qui fit chavirer le bateau et tous ses occupants. Je réussis à m'en sortir sain et sauf, mais les pêcheurs et les provisions étaient perdus. Malheureusement, la navigation ne fait pas partie de mes nombreux talents, et je mis trois semaines, sans provisions, pour rejoindre le royaume de Solitude. J'avais réussi à attraper de petits poissons que je mangeais crus, mais je mourais quand même de faim et de soif. Le premier repas que je pris une fois sur la terre ferme fut constitué de sanglier rôti nordique, de vin de Jazbay et d'un filet de merringar. Ce repas eût été excellent dans n'importe quelles circonstances, mais ce jour-là, je le trouvai absolument divin.

Parfois, les repas sont mémorables en raison des événements qui suivent.

Dans une taverne de Falinesti, je goûtai un plat simple portant le nom de kollopi, constitué de petites boules de chair, d'épices et de jus ; je le trouvai si délicieux que je demandai à la propriétaire ce que c'était. La mère Pascost me dit que le kollopi était un rongeur arboricole qui se nourrissait exclusivement des branches les plus tendres des chênes-graht, et coup de chance, je me trouvais à Val-Boisé au moment de la "cueillette". Je fus invité à rejoindre une petite colonie de singes imga, qui étaient les seuls à pouvoir capturer ces succulentes petites souris. Étant donné qu'ils vivaient au bout des branches les plus fines, les imgas devaient grimper sous eux et sauter pour "ramasser" les kollopis. Les imgas ont bien entendu une grande dextérité, mais j'étais jeune à l'époque, et ils m'ont autorisé à les aider. Je ne réussis jamais à sauter aussi haut, mais au fil du temps, je me rendis compte que si je gardais la tête et le torse droits, et que je me lançais du sol en faisant une sorte de mouvement de ciseaux, je pouvais atteindre les kollopis sur les branches les plus basses. Je crois que j'ai ramassé trois kollopis, au prix d'efforts considérables.

Je salive encore à la pensée de ce plat, mais dans ma tête, je me revois surtout en train de sauter avec des dizaines d'imgas dans les chênes-graht.

Et puis il y a aussi les quelques repas dont on se souvient en raison à la fois de ce qui s'est passé avant, pendant et après, ce qui me fait penser au meilleur repas que j'aie jamais eu, le repas qui a marqué le début de mon obsession pour la cuisine.

Enfant, à Cheydinhal, je me moquais de la nourriture. Je savais qu'il fallait que je mange, je n'étais pas totalement idiot, mais je n'éprouvais pas de plaisir à le faire. Ceci était dû en partie à la cuisinière de la famille, qui était persuadée que les épices étaient une invention des Daedra et que les bons impériaux devaient manger de la nourriture bouillie, hachée et insipide. Même si elle était la seule à accorder une importance religieuse à cette théorie, j'ai eu l'occasion de goûter à la cuisine traditionnelle de Cyrodiil, et j'ai pu constater que cette philosophie était plutôt commune.

Je n'appréciais pas la nourriture en tant que telle, mais cela ne voulait pas pour autant dire que j'étais un enfant morose ou inactif. J'aimais les combats de l'Arène et j'adorais errer seul dans les rues, avec mon imagination comme seule compagne. Un beau fredas de mi-l'an, je fis une découverte qui allait changer ma vie.

Il y avait de nombreuses maisons abandonnées dans la rue où j'habitais, et je jouais souvent près de ces maisons. J'imaginais qu'elles abritaient tout un tas de criminels, ou qu'elles étaient hantées par des esprits maléfiques. Je n'avais jamais eu le courage d'aller à l'intérieur de ces maisons. D'ailleurs, je ne serais jamais entré si je n'étais pas tombé ce jour-là sur des enfants qui s'étaient déjà moqués de moi par le passé. J'avais besoin d'un refuge, et c'est pour ça que je suis entré dans la maison la plus proche.

L'intérieur semblait aussi abandonné que l'extérieur, ce qui prouvait bien que cela faisait un moment qu'il n'y avait plus personne dans cette maison. Lorsque j'entendis des bruits de pas, je me dis que les sales petits voyous qui me traquaient avaient dû me suivre et entrer à leur tour. Je filai alors vers la cave, et dépassai un mur délabré menant à un puits. J'entendais toujours des bruits de pas, et je rechignai à affronter mes bourreaux. Je fis sauter les verrous rouillés qui fermaient le puits et me glissai à l'intérieur.

Le puits était sec, mais je découvris qu'il était tout sauf vide. Il y avait une sorte de sous-cave, trois grandes pièces propres, meublées et pas du tout abandonnées. Mon instinct me dit que quelqu'un vivait bien dans cette maison, finalement. Mon instinct, et mon odorat. L'une de ces pièces était en effet une grande cuisine aux murs peints en rouge, et un beau rôti cuisait dans le four. Dépassant un splendide bas-relief illustrant une mère en train de découper un rôti pour ses enfants, j'admirai la cuisine et toutes ses merveilles.

Je répète, la nourriture ne m'avait jamais intéressé, mais j'étais hypnotisé, et même maintenant, les mots me manquent pour décrire l'arôme riche qui embaumait la pièce. Je n'avais jamais rien senti d'approchant chez moi, et je ne pus m'empêcher de déguster un morceau de viande fumant. La viande était délicieuse, tendre et douce à la fois. En quelques minutes, je dévorai le reste du rôti, et je découvris en même temps que la nourriture pouvait être sublime, et devrait l'être.

Une fois ma panse remplie, je me mis à réfléchir. D'un côté, je voulais attendre dans cette cuisine rouge le retour du chef, afin de lui demander sa recette. D'un autre côté, je me rendais bien compte que j'étais entré par effraction chez quelqu'un et que je lui avais volé son dîner, et que je ferais donc bien de prendre mes jambes à mon cou. C'est ce que j'ai fait.

J'ai essayé maintes fois de retourner dans cet endroit étrange et merveilleux, mais Cheydinhal a changé. De vieilles maisons ont été retapées, et certaines maisons récentes ont été abandonnées. Je sais ce que je recherche à l'intérieur d'une maison, le puits, la gravure d'une femme se préparant à découper un rôti pour ses enfants, la cuisine rouge.... Mais je n'ai jamais retrouvé cette maison. Un jour, j'ai décidé d'arrêter de la chercher. Je préfère m'en souvenir comme du meilleur repas que j'aie jamais mangé.


L'inspiration qui m'a permis de vivre la vie que j'ai menée ensuite.

ApparitionModifier

CréditsModifier

Skyrim
Cette page est, entièrement ou partiellement, une version traduite de son équivalent sur The Elder Scrolls Wiki. Consultez les liens interwikis au bas de la page pour la consulter dans sa version originale. Nous remercions bien évidemment les contributeurs anglophones pour leur travail.
La GBT
Cette page contient pour partie du contenu trouvé sur la Grande Bibliothèque de Tamriel. Tout crédit leur revient donc pour les éléments empruntés à leur travail.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .