FANDOM


Âme de dragon (Succès)
Cette page est une ébauche. Vous pouvez aider à la compléter en cliquant sur l'onglet "modifier" en haut de la page.
Pacte de Cœurébène blason

Blason du Pacte de Cœurébène

Le Pacte de Cœurébène était une alliance militaire signée entre les Grandes Maisons Drès, Hlaalu, Indoril et Rédoran, les provinces d'Estemarche et de la Brèche, et les tribus du Marais épineux, Fangeombre et Tourbevase pendant la Deuxième Ère.

Formé durant la période trouble de l'Interregnum, le Pacte prétendait au Trône de rubis de Cyrodiil, tout comme ses ennemis, l'Alliance de Daguefilante et le premier Domaine aldmeri. L'unification improbable des nations nordique, elfe noire et argonienne permit toutefois à l'alliance de résister tant bien que mal aux envahisseurs akavirois et à la Coalescence de Molag Bal.

Le Pacte était dirigé par le haut-roi Jorunn le Roi-scalde, aidé par les dieux du Tribunal.

Gouvernement Modifier

L'alliance était gouvernée par un Grand Moot. Ce conseil d'égaux formé des membres de chaque race n'était pas seulement connu pour le respect mutuel qui y régnait et la volonté de maintenir l'unité en dépit des difficultés. C'est seulement d'égal à égal que les alliés pouvaient espérer apaiser la fierté des Nordiques et des Elfes noirs, tout en tenant compte des blessures subies par les anciens esclaves argoniens.

Partie intégrante – voire même vitale – du Pacte, les Elfes noirs de Morrowind sont distants, fiers et profondément étranges. Ils déploient d'importants efforts pour cacher le mépris qu'ils éprouvent envers leurs alliés « inférieurs », mais la crise nécessita de faire appel à la force des Nordiques et l'ingéniosité des Argoniens pour tenir en respect les alliances rivales. Leur maîtrise de la magie et leurs vastes connaissances permirent aux Elfes noirs d'offrir au Pacte une réactivité et une capacité d'adaptation que le Domaine aldmeri ou l'Alliance de Daguefilante ne pouvaient prétendre égaler.

Grâce à eux, le Pacte comptait dans ses rangs des guerriers et des sorciers d'exception. Les Elfes noirs bénéficient en outre d'un atout dont aucune race ne disposait : trois dieux vivants – Almalexia, Vivec et Sotha Sil – qui demeuraient parmi eux.

Les Nordiques de l'est de Bordeciel sont à la fois intrépides et agressifs, industrieux et entreprenants. Ils excellent dans l'art de la guerre, sont habiles commerçants, et on dit qu'ils sont sans égaux comme explorateurs et pionniers. Forts, têtus et durs au mal, ils n'hésitent pas à résoudre leurs problèmes par la violence. Les Nordiques se précipitent ainsi joyeusement au combat avec une férocité qui effraie et horrifie leurs ennemis. Ils se complaisent dans leur rôle de troupes de choc du Pacte.

Directs et n'aimant guère louvoyer, ils optent souvent pour les solutions les plus simples lors des réunion du Grand Moot, même s'ils sont souvent mis en minorité par la fourberie des Argoniens et l'habileté des Elfes noirs. Sur le champ de bataille, en revanche, ils éclipsent sans effort toutes les autres races. Les généraux du Pacte ont tendance à être choisis parmi les Nordiques, comme la plupart des soldats engagés sur le terrain. Ils n'y voient d'ailleurs rien à redire et sont ainsi les premiers à profiter du butin.

Leur intervention décisive contre les Akavirois a permis aux Argoniens du marais noir d'arracher leur liberté aux Elfes noirs, et les leçons apprises au fil de leur histoire ont fait d'eux des membres précieux pour le Pacte. Réservés et étranges, ils affichent des visages dénués d'expression et s'expriment sans la moindre intonation, ce qui rend difficile pour les autres races l'interprétation de leurs motivations. Quoi qu'il en soit, les Argoniens possèdent une intelligence indéniable. Lents à accorder leur confiance et difficiles à connaître vraiment, ils jouissent d'une agilité naturelle qui les rend aussi aptes à l'emploi de la magie qu'à celui des armes ou de la discrétion. Les années passées à défendre leurs frontières ont fait d'eux des experts dans l'art d'affronter des armées plus puissantes et mieux organisées.

Aussi à l'aise sur terre que dans l'eau, ils servaient d'éclaireurs et de francs-tireurs pour les forces du Pacte. Certains aspects de la culture argonienne restent en revanche presque incompréhensibles pour les étrangers, comme leur structure sociale et leurs prises de décision collective. Leurs représentants soumettaient parfois d'étranges propositions au Moot, mais leurs alliés ont appris qu'ils n'agissaient jamais sans raison.

Le trône du haut-roi du Moot était occupé par le jeune Jorunn le Roi-scalde, mais le soutien dont il bénéficiait restait fragile. Alors que les membres du Pacte luttaient pour maintenir et renforcer leur alliance, ils devaient aussi affronter des menaces internes à chacune de leurs nations.

Histoire Modifier

Deuxième invasion akaviroise Modifier

Le Pacte a été formé en 2E 572, en réponse à la deuxième invasion akaviroise du nord de Tamriel.

La flotte du général akavirois Ada'Soom Dir-Kamal accosta au nord-est de Vendeaume, qui fut envahie avant que la reine Mabjaarn aux Mèches écarlates puisse rallier la châtellerie en défense. Après un siège rapide, les envahisseurs ont ouvert la porte sud et la ville fut mise à sac. La reine Mabjaarn et sa fille et héritière, la princesse Nurnhilde, furent tuées pendant les combats acharnés devant les portes du palais des Rois.

Le cadet royal, le prince Jorunn, échappa au sac de Vendeaume et disparut brièvement. À son retour, il se fit appeler roi Jorunn, et avait à son côté un guerrier puissant qu'il présentait comme Wulfharth le Roi des cendres, renvoyé de Sovngarde pour aider les Nordiques contre les Akavirois. Avec ce prétendu Wulfharth, Jorunn rallia les Nordiques de l'est et fortifia Faillaise.

Lorsque Dir-Kamal mena son armée vers le sud, il contourna Faillaise, et là encore, ses motivations étaient troubles pour s'enfoncer dans l'ouest de Morrowind. Les Elfes noirs menèrent une retraite ordonnée dans les Terres de cendres sous le commandement d'Almalexia et de son général, Tanval Indoril.

Dir-Kamal a poursuivi l'armée dunmeri dans les Éboulis, où les Elfes mirent fin à leur retraite en occupant des défenses préparées à l'avance. La progression des Akavirois ralentit puis cessa. Malgré la rivalité ancestrale qui opposait ces deux races, il y avait eu collusion entre Jorunn et Almalexia. Les Akavirois étaient alors encerclés.

Les envahisseurs n'étaient pourtant pas vaincus. Dos à la Mer intérieure, ils menèrent une défense désespérée, et tentèrent de tenir jusqu'à ce que leurs navires puissent les rejoindre depuis l'embouchure de la Rivière blanche. Malgré leurs nombreuses tentatives, les armées des Dunmers et des Nordiques furent incapables de briser les lignes. La flotte akaviroise était visible sur l'horizon nord lorsqu'au dernier moment, les Nordiques et les Elfes Noirs furent renforcés par deux légions d'Argoniens arrivées du sud. Avec l'arrivée de ces guerriers reptiliens, les Tamrieliques finirent par percer les rangs akavirois, pour les massacrer jusqu'au dernier.

Suite à la victoire des trois nations, un accord fut signé à Cœurébène, déclarant l'affranchissement symbolique des esclaves argoniens de Morrowind.

Coalescence Modifier

MembresModifier

NordiquesModifier

DunmersModifier

ArgoniensModifier

GalleryModifier

ApparitionModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .