FANDOM


Voir l'article principal : Livres (Skyrim)
Voir l'article principal : Livres (Oblivion)
Voir l'article principal : Livres (Morrowind)

Une trahison hypothétique est un livre présent dans :

Effets Modifier

Localisations connues Modifier

Online Modifier

Skyrim Modifier

Estemarche :

Le Clos :

Châtellerie de Blancherive :

Château Volkihar.

Oblivion Modifier

Morrowind Modifier

Contenu du livre Modifier

Personnages :

  • Malvasian : Haut-Elfe mage-guerrier
  • Inzoliah : Elfe noire mage-guerrière
  • Dolcettus : Guérisseur cyrodiiléen
  • Schiavas : Barbare argonien
  • Un fantôme
  • Des bandits

La scène se déroule à Boislancien.

Le rideau se lève sur le paysage labyrinthique et brumeux du légendaire Bosquet des Anciens de Val-Boisé. On entend le hurlement des loups. La silhouette d'un Argonien, SCHIAVAS, apparaît à travers les branches d'un arbre. Il surveille les alentours.

SCHIAVAS : La voie est libre.

INZOLIAH, une magnifique Elfe noire magicienne descend de l'arbre, aidée par le barbare. On entend des bruits de pas tout proches. Schiavas dégaine son épée et Inzoliah se prépare à lancer un sort. Mais personne n'apparaît. 

INZOLIAH : Tu saignes. Tu devrais demander à Dolcettus de s'occuper de ta blessure.

SCHIAVAS : Il n'a plus aucune énergie après tous les sorts qu'il a lancés dans les cavernes. Mais ça va. Si on arrive à sortir de là et que personne n'en a besoin, je prendrai la dernière potion de soins. Où est Malvasian ? 

MALVASIAN, un Haut-Elfe mage-guerrier et DOLCETTUS, un guérisseur cyrodiiléen, tentent maladroitement de descendre de l'arbre. Ils portent leur butin dans un coffre lourd.

MALVASIAN : Me voici, mais je me demande encore pourquoi c'est à moi de porter ça. J'ai toujours cru que l'avantage d'explorer un donjon avec un grand barbare, c'était qu'il se charge de porter le butin.

SCHIAVAS : Si je portais ça, je ne pourrais pas combattre. Et, arrête-moi si je me trompe, mais il me semble qu'aucun de vous trois n'a assez de magie de côté pour nous faire sortir d'ici en vie. Pas après avoir foudroyé et pulvérisé ces humonculéus là-dessous.

DOLCETTUS : Homoncules.

SCHIAVAS : Ne t'inquiète pas, je ne vais pas faire ce que tu crois que je vais faire.

INZOLIAH (innocemment) : De quoi parles-tu ?

SCHIAVAS : Vous tuer tous et prendre la Cotte d'ébonite pour moi. Avoue-le... tu crois que c'est ce que je compte faire.

DOLCETTUS : Quelle épouvantable pensée ! Jamais je n'aurai songé que quiconque, aussi vil ou dégénéré...

INZOLIAH : Et pourquoi pas ?

MALVASIAN : Il a besoin de porteurs, comme il l'a dit. Il ne peut porter le coffre et combattre les habitants du Bosquet des Anciens.

DOLCETTUS : Mesquin et fomenteur, c'est tellement typique des Argoniens. Que Stendarr te...

INZOLIAH : Et pourquoi as-tu besoin de moi vivante ?

SCHIAVAS : Ce n'est pas une nécessité. Sauf que tu es plus mignonne que les deux autres, pour une peau tendre, bien entendu. Et si quelqu'un nous tombe dessus, c'est peut-être à toi qu'il s'en prendra en premier.

Un bruit en provenance des buissons tout proches se fait entendre.

SCHIAVAS : Va voir ce que c'est.

INZOLIAH : Probablement un loup. Il y en a plein dans ces bois. Toi, va voir ce que c'est.

SCHIAVAS : Tu as le choix, Inzoliah. Vas-y et tu vivras peut-être. Reste ici et tu mourras à coup sûr.

Inzoliah réfléchit, puis se dirige vers les buissons.

SCHIAVAS (à Malvasian et Dolcettus) : Le roi de Silvenar nous donnera beaucoup d'or pour la Cotte et il serait plus rentable de partager en trois plutôt qu'en quatre.

INZOLIAH : Tu as bien raison.

Soudain Inzoliah se met à léviter jusqu'au sommet de la scène. Un fantôme translucide apparaît dans les buissons et se précipite sur la personne la plus proche, qui se trouve être Schiavas. Tandis que le barbare crie et lui donne un coup d'épée, une attaque tourbillonnante le projette à terre, inconscient. Le fantôme se tourne alors vers Dolcettus, le guérisseur, et tandis que le fantôme le frappe, Malvasian projette une boule de feu qui le vaporise.

Inzoliah redescend au sol tandis que Malvasian examine les corps de Dolcettus et de Schiavas. Ils sont tous les deux pâles à cause du pouvoir d'absorption du fantôme.

MALVASIAN : Tu avais encore un peu de magie en réserve après tout.

INZOLIAH : Toi aussi. Sont-ils morts ?

Malvasian prend la potion de soins dans le sac de Dolcettus.

MALVASIAN : Oui. Heureusement, la potion de soins ne s'est pas cassée quand il est tombé. Bon, il semble qu'il ne reste que nous deux pour nous partager le butin.

INZOLIAH : On ne peut sortir d'ici l'un sans l'autre, que ça te plaise ou non. Les deux mages-guerriers ramassent le coffre et commencent à progresser dans le sous-bois, faisant une pause de temps en temps pour guetter d'éventuels bruits de pas ou d'autres sons inquiétants.

MALVASIAN : Si je comprends bien, il te reste un peu de magie et tu t'en es servi afin que Schiavas soit la cible du fantôme, et pour me forcer à utiliser mes propres réserves de manière à détruire la créature pour que je ne sois pas plus puissant que toi. C'est un raisonnement brillant.

INZOLIAH : Merci. C'est de la pure logique. Te reste-t-il assez d'énergie pour lancer un autre sort ?

MALVASIAN : Bien entendu. Un mage-guerrier expérimenté connaît toujours quelques sorts mineurs mais efficaces, pour de telles occasions. Et toi, tu as encore quelques tours dans ta manche ?

INZOLIAH : Bien entendu, comme tu l'as si bien dit.

Ils font une brève pause en entendant une plainte sinistre retentir dans les airs. Quand la plainte s'estompe, ils se remettent en marche.

INZOLIAH : C'est juste un exercice intellectuel. Je me demande quel sort tu me lancerais si nous parvenions à sortir d'ici sans avoir à nous battre.

MALVASIAN : J'espère que tu ne supposes pas que je compte te tuer afin de garder le trésor pour moi ?

INZOLIAH : Bien sûr que non, ni moi d'ailleurs. C'est juste un exercice intellectuel.

MALVASIAN : Eh bien ! Dans ce cas, de manière purement hypothétique, j'utiliserais certainement un sort d'Absorption pour absorber ta force vitale et pour me régénérer. Après tout, il y a des brigands sur la route entre ici et Silvenar, et un mage de guerre blessé avec un artefact aussi précieux, serait une cible de choix. Je n'aime pas l'idée de survivre au Bosquet des Anciens pour mourir ensuite.

INZOLIAH : C'est un excellent raisonnement. Quant à moi, encore une fois sans intention de vouloir le faire, je pense qu'une simple décharge électrique serait assez efficace. Je suis d'accord pour les brigands mais n'oublie pas qu'il nous reste une potion de soins. Je pourrais facilement te tuer et me régénérer.

MALVASIAN : C'est tout à fait exact. Dans ce cas, la question serait de savoir quel sort serait le plus efficace. Si nos sorts s'opposent et que je draine ton énergie juste avant d'être foudroyé, il se peut que nous mourions tous les deux ou que nous nous retrouvions dans un état où une simple potion de soins ne serait pas très utile à l'un de nous et encore moins aux deux. Quelle ironie ce serait si deux mages-guerriers, sans vouloir avouer que nous ourdissons une trahison mais uniquement dans le cadre de cet exercice intellectuel, se retrouvaient aux portes de la mort, privés de toute magie et avec en tout et pour tout une seule potion de soins. Qui la prendrait ?

INZOLIAH : En toute logique celui qui la boit en premier. Dans ce cas, ce serait toi puisque tu la portes. À présent, si l'un de nous était blessé mais pas mort ?

MALVASIAN : La logique voudrait que le mage-guerrier qui complote prenne la potion et laisse le blessé à la merci des éléments. Je suppose.

INZOLIAH : C'est ce qui me paraît le plus probable. Mais suppose que les mages-guerriers, comploteurs-nés, se respectent mutuellement. Peut-être que, dans ce cas, celui qui serait victorieux pourrait poser la potion en haut d'un arbre tout proche. Ainsi, quand la personne blessée aurait régénéré assez de magie, elle pourrait léviter et prendre la potion. À ce moment-là, le mage de guerre victorieux aurait déjà récupéré le butin.

Ils s'arrêtent un instant en entendant quelque chose dans le sous-bois. Ils grimpent avec précaution sur les branches d'un arbre pour éviter le danger.

MALVASIAN : Je comprends ce que tu veux dire mais cela ne semble pas coller avec nos hypothétiques mages-guerriers. De tels comploteurs ne laisseraient pas leur victime en vie.

INZOLIAH : Peut-être. Mais il me semble que la plupart des mages-guerriers qui complotent aiment être vainqueurs et préfèrent que leur victime survive pour qu'elle se sente humiliée.

MALVASIAN : Ces mages-guerriers hypothétiques ont l'air... (avec excitation) La lumière du jour ! Tu la vois ?

Ils avancent dans les branchages, sautent derrière un buisson et disparaissent du champ de vision des spectateurs, qui ne voient plus que la lueur du jour naissant.

MALVASIAN (derrière le buisson) : On a réussi.

INZOLIAH (également derrière le buisson) : On dirait bien.

Une soudaine explosion d'énergie électrique retentit, accompagnée par un halo de lumière rouge, puis le silence se fait. Au bout de quelques instants, quelqu'un monte à l'arbre et dépose la potion à son sommet. Il ricane en redescendant. Rideau.

Épilogue. Modifier

Le rideau se lève sur une route en direction de Silvenar. Un groupe de bandits entoure Malvasian, qui se tient avec peine sur son bâton. Ils lui prennent facilement son coffre.

BANDIT 1 : Qu'est-ce que c'est que ça ? On ne t'a jamais dit qu'il n'était pas prudent d'emprunter les routes dans ton état ? Tu ne veux pas qu'on t'aide à porter ce fardeau ?

MALVASIAN (faiblement) : S'il vous plaît... Laissez-moi...

BANDIT 2 : Allez, lanceur de sorts, bats-toi si tu peux !

MALVASIAN : Je ne peux pas... trop faible...

Soudain, Inzoliah arrive en volant et projette un éclair du bout de ses doigts. Les bandits se dispersent. Elle se pose et ramasse le coffre. Malvasian s'effondre, mourant.

MALVASIAN : En toute hypothèse, et si... un mage-guerrier avait lancé un sort sur un autre mage-guerrier qui ne lui aurait rien fait tout de suite mais qui absorberait peu à peu sa magie et sa force vitale sans qu'il s'en rende compte et... se montrerait assez confiant pour laisser derrière lui une potion de soins ?

INZOLIAH : Ce serait une mage-guerrière vraiment vicieuse.

MALVASIAN : Et... en toute hypothèse... aiderait-elle son adversaire... afin de savourer son humiliation... ?

INZOLIAH : D'après mon expérience, en toute hypothèse, non. Elle n'est quand même pas aussi stupide. Malvasian meurt au moment où Inzoliah s'empare du coffre. Rideau.

Remarques Modifier

Apparitions Modifier

Bethsoftblack
Ce livre ou cette image est issu de la série de jeux vidéo The Elder Scrolls ou de sites web crées et détenus par Bethesda Softworks. Son contenu est donc détenu par Bethesda Softworks. L'usage des images et du contenu tombe sous le coup de la règle du fair use de la loi sur le copyright.
La GBT
Cette page contient pour partie du contenu trouvé sur la Grande Bibliothèque de Tamriel. Tout crédit leur revient donc pour les éléments empruntés à leur travail.
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .