FANDOM


Pour la ville, voir : Cité de Vivec (Morrowind)

Vivec, le Guerrier-Poète, aussi connu sous les noms de Vehk, Vivek', et plus tard Saint Vivec fut l'un des 3 dieux-rois de Morrowind, aux côtés de Sotha Sil et Almalexia. Pilier du Temple des Tribuns et patron des artistes et des roublards, il est « l'évolution transcendante » de la Princesse Daedra Méphala, et ayant été « l'anticipation » de Vivec durant l'Ère de l'Aube. Vivec est également perçu comme le Gardien invisible des terres sacrées, gardant un œil vigilant sur tout Morrowind et gardant le dieu maléfique du Mont Écarlate à distance.

Vivant dans son palais situé à l'intérieur de la cité portant son nom à Vvardenfell lors de la quête principale de The Elder Scrolls III: Morrowind, il tente d'envoyer les fidèle du culte du Temple à la poursuite du Nérévarine, mais s'allie finalement à lui quand il comprend qu'il est sa seule chance de vaincre Dagoth Ur. Il a également un rôle important dans l'extension The Elder Scrolls Online: Morrowind du jeu The Elder Scrolls Online.

Jeux Modifier

Histoire Modifier

Vivec est vénéré par le peuple dunmer autant comme symbole de "maîtrise" que de "dualité". Cette dernière est relative à son teint de peau à la fois Dunmer et Chimer, ses attributs hermaphrodites ainsi que son apparence androgyne couplée à sa relation sinistre avec Méphala cachée dernière son apparente bienveillance. Un des devoirs principaux de Vivec est de protéger le peuple de Vvardenfell des maléfices du Mont Écarlate.

Dans sa jeunesse, avant son ascension au rang de Dieu, Vivec fut un conseiller d'Indoril Nérévar aux côtés des autres membres du Tribunal. Avant sa perte de pouvoir liée au retour de Dagoth Ur, Vivec était réputé comme étant la divinité la plus appréciée des Dunmers parmi les membres du Tribunal.

Connu pour protéger Morrowind des multiples invasions que subit la région par des méthodes à la fois militaires et diplomatiques, Vivec a également accompli d'innombrables actes pour le peuple dunmer, comme avoir sauvé ville portant son nom de Baar Dau, aussi connu sous le nom de "Ministère de la Vérité", un immense météore envoyé par le Prince Daedra Shéogorath destiné à détruire la ville. Vivec utilisa ses pouvoirs pour le figer en plein air au-dessus de la cité où il restera jusqu'à la fin de l'Ère Quatrième.

À la fin de l'Ère Troisième, lors de la Crise d'Oblivion, Vivec disparut dans des circonstances mystérieuses. En son absence, une invention magique fut créée : l'Ingenium. Alimenté par des âmes, ce dernier avait pour objectif d'empêcher la chute de Baar Dau sur la ville. Malheureusement, l'Ingenium explosa lorsque Ezhmaar Sul essaya de sauver son amante Ilzsheven de ce dernier. Causant la chute du météore sur la ville qui, reprenant sa vitesse de chute d'origine, la détruisit et provoqua une nouvelle éruption du Mont Écarlate en 4E 5.

Après la disparition de Vivec et le retour du culte de l'ancien panthéon dunmer, à savoir Azura, Boéthia et Méphala, Vivec fut dorénavant connu en tant que "Saint Vivec" chez les Dunmers, redevenus fidèles aux Daedra.

Jeunesse Modifier

Vivec Young

Vivec dans sa jeunesse.

Vivec grandit dans la ville de Longsanglot en Resdayn, aujourd'hui Morrowind durant l'occupation nordique de la province, au début de l'Ère Première. Hermaphrodite et fils d'éleveur de netch, il devint orphelin à un âge inconnu. Des sources de l'Apocryphe suggèrent que sa mère et son père s'appelaient respectivement Berahzic et Irdi et qu'il aurait eu 3 frères et sœurs nommés Irdi, Hlafem et Hykro. Le nom originel de Vivec reste inconnu. Adolescent, Vivec vécut dans les rues à la tête d'un gang se disposant à faire quoique ce soit pour de l'argent, y compris tuer, voler et se prostituer. À cette époque, Vivec était réputé pour être illettré.

Il reçut à une date inconnue, durant son adolescence, la visite d'un garde d'une caravane nommé Nérévar, soldat de la Maison Indoril. Bien qu'originellement hostile envers le soldat, Nérévar vît quelque chose de spécial en Vivec. En grandissant, l'adolescent apprécia de plus en plus Nérévar au point de prendre le "V" de son sceau, "Vel", le portant 2 fois comme son nouveau nom "Vivec" (tel que V-Daedric V.svg"). Voyant les grandes ambitions de Nérévar, sa plus grande étant de voir Resdayn libre de l'occupation nordique, il décida de l'aider à accomplir ses idéaux. Nérévar devint le Hortator, le général en chef d'Indoril Almalexia, qu'il épousera par la suite. À un moment non spécifié, avant son mariage, Nérévar devint ami avec le roi dwemer Dumac, et, avec les forces conjointes des Chimers et Dwemers, encouragés par la diplomatie rapide et sournoise de Vivec, ils commencèrent leur rébellion contre les Nordiques. Durant la rébellion, Vivec combattit aux côtés de Nérévar en tant que général au sein de son armée, mais refusa de prendre le nom de la Maison Indoril, celle de Nérévar. Vivec est réputé pour avoir combattu avec une lance improvisée qu'il avait fabriqué lui même à partir d'un croc de netch, ce qui aurait pu servir d'inspiration, ou d'incarnation antérieure, de sa légendaire lance Muatra.

Après la guerre, Vivec devint un conseiller important de Nérévar, aux côtés de Sotha Sil, et de la femme de Nérévar, Almalexia. Ces 3 personnes devinrent les plus fidèles conseillers de Nérévar, et furent connus alors sous le nom de Tribunal. Après la rébellion de Nérévar en 1E 416, ce dernier forgea une alliance entre Chimers et Dwemers qui unit entièrement la province sous un nouveau gouvernement appelé le Premier conseil. Vivec, Sotha Sil et Almalexia restèrent méfiants quant à la nouvelle alliance avec le roi dwemer, Dumac Nain-Orc. Pensant que la paix entre les Chimers et leurs anciens ennemis ne durerait pas éternellement, le Tribunal prévint alors Nérévar qu'il devrait saisir l'opportunité qu'offrait la paix pour revendiquer Resdayn pour lui seul, mais Nérévar n'était pas disposé à trahir son vieil ami Dumac.

La Guerre du Premier conseil Modifier

Morrowind - Anumidium Plans

Représentation du Numidium.

Comme Vivec et les autres l'avaient prévus, la paix entre Dwemers et Chimers ne dura pas. Voryn Dagoth, le chef de la Maison Dagoth et ami de confiance de Nérévar découvrit que le le haut-prêtre et chef architecte tonal, Kagrénac, avait construit le Numidium, qui pourrait maîtriser le pouvoir du récemment découvert Cœur de Lorkhan. Le Numidium, perçu comme une caricature de la foi des Chimers par ces derniers, avait le potentiel de menacer tout Resdayn. Vivec et le reste du Tribunal poussèrent de nouveau Nérévar à entrer en guerre avec les Dwemers. Mais Nérévar était toujours réticent à écouter les conseils du Tribunal. Nérévar alla à la rencontre de son ami Dumac, l'interrogeant sur la véracité des propos tenus par Voryn. Dumac n'ayant supposément aucune idée que Kagrénac avait construit dans le plus grand secret le Numidium rejeta ces accusations. Nérévar partit alors en pèlerinage à Holamayan pour consulter la Princesse Daedra Azura. Qui lui confirma les propos de Voryn Dagoth, et dit à Nérévar que le Numidium devait être détruit pour assurer la sécurité du monde entier. Nérévar se sentant alors trahi par Dumac, se rendit au Mont Écarlate et le confronta sur ce qu'il avait apprit le la déesse. Dumac, qui n'était toujours pas au courant de l'existence du Numidium fut épris de colère aux accusations insolentes de Nérévar, et les 2 amis se disputèrent amèrement. Cette confrontation menant à ce qui sera plus tard appelé la Guerre du Premier conseil.

Heart of Lorkhan - Morrowind

Le cœur de Lorkhan tel qu'il apparaît dans Morrowind.

La guerre se serait déroulée entre l'an 1E 668 et l'an 1E 700. Durant la dernière bataille de la guerre, qui se déroula sur le Mont Écarlate, Vivec et Almalexia commandèrent les forces chimers de l'armée principale dans l'optique de distraire les forces dwemers en place, donnant à Nérévar, Voryn Dagoth et Alandro Sul une chance de se faufiler à l'intérieur de la chambre du Cœur. Nérévar y trouvant Dumac, Kagrénac, et, selon les documents nordiques, Wulfharth et Shor. Le résultat de cette bataille fut la disparition totale des Dwemers après l'utilisation des outils : Broyeur, Lamentation et Garde Spectrale sur le Cœur de Lorkhan, Nérévar étant également grièvement blessé à la suite de cette bataille.

Confiant les outils de Kagrénac à Voryn Dagoth pour les garder en sureté pendant qu'il retournait consulter le conseil pour déterminer ce qui devrait être fait de ces derniers, Vivec, Sothat Sil, Almalexia ainsi que le reste du conseil agréèrent tous au sujet de ces outils : ils devaient être conservés au cas où toute autre menace viendrait à menacer Resdayn. Nérévar suivit la décision du conseil à une condition : le conseil devrait prêter serment que les outils de Kagrénac ne devraient jamais être utilisés de la façon dont les Dwemers les avaient conçus.

Après avoir prêtés serment, Nérévar et Vivec se rendirent au Mont Écarlate pour récupérer les outils de Kagrénac des mains de Voryn Dagoth. Néanmoins, ce dernier refusa de les rendre à Nérévar, qui réalisa rapidement que Voryn les avait utilisés en secret en son absence et avait été corrompu par leur pouvoir. Pour récupérer les outils, Névérar dut recourir à l'usage de la force. Durant le combat qui s'ensuivit, Voryn, qui se nommait maintenant comme Dagoth Ur, fut présumé mort par ses adversaires. Selon certaines sources, Nérévar fut gravement blessé encore une fois durant ce combat, bien que cela ait pu être une incohérence par rapport au fait qu'il soit déjà blessé. Les outils furent ensuite confiés à Sotha Sil pour les étudier.

L'apothéose et la malédiction d'Azura Modifier

Après la mort controversée de Nérévar, qui aurait pu être causée par le Tribunal, Vivec, Almalexia et Sotha Sil devinrent les plus grandes autorités du nouveau Grand conseil qui fut instauré pour remplacer le Premier conseil, démantelé après la guerre.

Foul Murder

Vivec (au centre) durant l'assassinat de Nérévar prétendument causé par le Tribunal.

Après des années de règne, Sotha Sil retourna vers Vivec et Almalexia avec d'étonnantes nouvelles. Il avait secrètement appris comment utiliser les outils de Kagrénac afin de puiser à l'intérieur des pouvoirs divins du Cœur de Lorkhan et de rediriger ce pouvoir à l'intérieur d'êtres mortels. Leur conférant alors des pouvoirs semblables à des dieux, Sotha Sil proposa alors à Vivec et Almalexia d'utiliser conjointement avec lui les outils pour se transformer eux-mêmes en dieux vivants, dans l'idée d'amener Resdayn dans une nouvelle ère de prospérité.

Au début, Vivec et Almalexia furent opposés à cette idée du fait qu'elle consistait à renier leurs vœux sacrés prononcés à Nérévar. Mais la perspective offerte par la vision de Sotha Sil d'un nouveau monde de paix, justice, honneur et prospérité convainquit Vivec de briser sa promesse faite à son vieil ami. Le trio retourna au Mont Écarlate, utilisant les outils sur le Cœur de Lorkhan et les transformant en dieux. Après l'accomplissement du rituel, Azura apparut devant les nouvelles divinités, enragée par le blasphème qu'ils venaient juste de commettre à son encontre. Elle leur prophétisa le retour de Nérévar pour les punir des caricatures divines qu'ils étaient devenus et pour être certain que plus aucun mortel ne viendrait plus jamais la défier. Sotha Sil répondit à sa menace revendiquant que les "anciens dieux" n'étaient plus nécessaires et que les Chimers avaient besoin de nouveaux dieux qui pourraient s'occuper de leurs besoins. Insultée, Azura maudit les Chimers, leur donnant une peau de couleur cendrée et des yeux rouges flamboyants. Depuis, les Chimers sont connus sous le nom de Dunmers.

Le début du Temple des Tribuns Modifier

The Tribunal (2)

Les dieux du Temple des Tribuns

Les Chimers, maintenant connus sous le nom de Dunmers, furent au départ alarmés par leur nouvelle apparence. Ils ne surent pas ce qui avait changé leur teint de doré à gris, mais le résultat les terrifia. Sotha Sil assura que l'état des Dunmers n'était pas lié à une malédiction, mais était en fait une bénédiction signifiant leur renouveau en tant que nouvelle civilisation mer.

La plupart des Dunmers acceptèrent le Tribunal et le vénérèrent de la même manière qu'ils le faisaient déjà avec Boéthia, Azura et Méphala. Le Temple des Tribuns fut instauré, s'ensuivit la fondation d'une société plus honorable et juste sous la gouvernance théocratique de Vivec, Almalexia et Sotha Sil. De larges cités furent fondées, arborant les noms de chaque aspect en ALMSIVI. La cité de Vivec fut établie sur la côte sud de Vvardenfell, dans les Îles ascadiennes, face à la Mer intérieure. Vvardenfell fut transformé en temple saint sous la supervision directe de Vivec, suivant des lois strictes contre la colonisation. Amalexia, veuve de Nérévar, devint la première consort de Vivec.

Tous les Dunmers n'étaient néanmoins pas loyaux au Tribunal. Les nomades de Vvardenfell accusèrent le Tribunal d'être responsable de la mort de Nérévar. Selon Vivec, la croyance selon laquelle Nérévar fut assassiné par le Tribunal fut amorcée par Alandro Sul, un ancien compagnon d'arme de d'Indoril Nérévar qui fut présent à la bataille du Mont Écarlate. Que les affirmations d'Alandro soient vraies ou fausses et ne pouvant être prouvées avec certitude, il existe néanmoins des preuves donnant crédit à ses accusations, certaines venant même de Vivec.

La Guerre des Quatre-Vingts ans Modifier

Durant des milliers d'années, le Tribunal maintint une paix relative en Morrowind. Le seul conflit auquel le Tribunal participa fut l'invasion ratée akaviroise par les Tsaesis en 1E 2703. Où ils furent défaits par le fondateur du Second Empire, Réman Cyrodiil. Durant cette guerre, une des actions les plus notables de Vivec fut la création d'une alliance avec les Rois-Tridents des dreughs ainsi que le fait d'avoir coupé l'arrivée de renforts akavirois et les routes de ravitaillement en prenant l'armée akaviroise de flanc à la bataille du Col-clair. Bien que Morrowind et l'Empire de Réman se soient alliés durant la guerre, la paix ne fut pas conservée entre les 2 régions.

Durant les quelques années de l'invasion de 1E 2703, le jeune Second Empire devint la région la plus proéminente de Tamriel, tenant toutes les provinces du continent à l'exception de Morrowind. En 1E 2840, Réman Cyrodiil II déclara la guerre à Morrowind, dans une tentative de l'ajouter à l'Empire. La guerre qui s'ensuivit fut connue sous le nom de Guerre des Quatre-vingts ans et tire son nom de sa durée. Le Tribunal et en particulier Vivec déployèrent une force incroyable et un commandement brillant durant la guerre, un excellent exemple étant la bataille de Bodrum, durant laquelle Vivec prit l'armée de Cyrodiil par surprise et la détruisit quasi totalement. Mais malgré tous ces efforts, aucun bélligérant ne prit l'avantage sur l'autre.

Durant la dernière année de la guerre, en 1E 2920, Almalexia eut la vision que la guerre serait perdue si Vivec ne recevait pas l'aide de Sotha Sil, qui s'était absenté de Morrowind durant soixante-dix ans sur l'Île d'Artaeum, entraînant des mages psiiques. Vivec, qui avait pris la vision d'Almalexia au sérieux, lui dit de voyager jusqu'à Artaeum et de ramener Sotha Sil, de manière à ce qu'ils ne perdent pas la guerre. En arrivant à Artaeum, Almalexia raconta ses vision à Sotha Sil et la nécessité de son retour en Morrowind. Sotha Sil, qui venait au prix d'un effort épuisant de signer un pacte avec les Princes Daedra, selon lequel ces derniers acceptaient de ne pas être invoqués par des mages débutants en Mundus, accepta de partir d'Artaeum. À leur retour, ils découvrirent que Vivec s'était déjà rendu aux termes du prince Juliek après sa défaite écrasante à la bataille d'Ald Marak. Néanmoins, peu de temps avec la rédition de Vivec, la trêve avec l'Empire fut rompue lorsque l'armée impériale prit le contrôle de la forteresse de la Porte noire. La paix fut de nouveau conclue à Ald Lambasi, mais après l'assassinat du prince Juliek par la Morag Tong au Marais noir, le traité fut de nouveau abandonné. L'Empereur Réman III rencontra finalement Vivec à Bodrum et lui dit que le traité devait être encore signé au palais impérial. Quand Réman III retourna à la Cité impériale, il fut assassiné par sa belle-soeur Corda, bien que l'assassinat est réputé pour avoir été orchestré par ses plus fidèles conseillers, les potentats akavirois, Savirien-Chorak et Versidue-Shaie. Après la mort de Réman III, Versidue-Shaie prit le contrôle du Trône impérial et signa un traité avec Vivec, mettant fin officiellement à la Guerre des Quatre-vingts ans.

L'invasion akaviroise et le Pacte de Coeurébène Modifier

Dunmer Crest

La crête dunmer du Pacte de Coeurébène.

Durant l'an 2E 430, la période connue sous le nom d'Interregnum commença en Tamriel après la mort du potentat akavirois, Savirien-Chorak. La mort du potentat entraînant l'éffondrement du Second Empire de Cyrodiil ainsi qu'une désorganisation chaotique de toutes les provinces de l'Empire. Du fait de l'autonomie de Morrowind vis-à-vis de ce dernier et sous la gouvernance du Tribunal, la province fut relativement épargnée durant l'Interregnum.

Néanmoins, en 2E 572, une nouvelle menace émergea de l'Est. La seconde invasion akaviroise de Tamriel avait débutée, dirigée par Ada'Soom Dir-Kamal, le seigneur des démons des neiges kamals. Morrowind fut la province la plus touchée par l'invasion, les Kamals envahissant même l'Est de Bordeciel et le Nord du Marais noir. Les 3 provinces s'unirent pour repousser les Akavirois, mais même leurs forces réunies ne parvinrent pas à repousser les envahisseurs. La menace était telle qu'Almalexia s'en alla quérir l'aide d'un vieil ennemi du Tribunal, Ysmir Wulfharth, autoproclamé depuis Roi des Tréfonds, bien que selon certaines sources ce fut le roi Jorunn qui demanda l'aide de Wulfharth. Les Kamals subirent de cuisantes défaites à Tombeneige après avoir été frappés par les armées combinées d'Almalexia, Wulfharth, Jorunn et du Marais noir. Vivec profita de cette victoire et utilisa ses pouvoirs pour permettre aux habitants de Morrowind de respirer sous l'eau durant une journée, journée durant laquelle il innonda la province sous de gargantuesques innondations. Morrowind sous l'eau, les envahisseurs furent rejetés à la mer. Après cet évènement, le Tribunal, Le roi Jorunn et les seigneurs du Marais noir signèrent un traité créant l'alliance entre leurs peuples pour que plus jamais une invasion comme celle-ci ne survienne denouveau. Cette alliance fut connue sous le nom du Pacte de Coeurébène.

Les guerres de Tiber Septim Modifier

Tiber Septim Redguard

Tiber Septim durant la conquête de Tamriel.

Alors que l'Interregnum prenait fin, le chef de guerre Cuhlecain et son jeune général, Hjalti Barbe-Naissante, commencèrent leur conquête de Tamriel. Après la chute de la Cité impériale, Cuhlecain fut assassiné et Hjalti fut proclamé Empereur de Cyrodiil par le grand mage de guerre impérial Zurin Arctus sous le nom de Tiber Septim. Quand les royaumes de Bordeciel, L'Enclume et Haute-Roche furent conquis, Tiber Septim porta son regard vers la province de Morrowind, riche en ébonite, un métal dont il avait besoin afin de ramener à la région de Cyrodill sa gloire d'antan. Cette dernière ayant été ravagée durant les guerres de l'Interregnum, l'ami de Tiber et son général, Ysmir Wulfharth, promit à l'Empereur que s'il arrivait à vaincre le Tribunal, il serait alors capable de voler leurs pouvoirs et de les utiliser contre les Altmers. Tiber suivit les conseils de son général et déclara la guerre à la province de Morrowind. Vivec, qui savait que la guerre apporterait la ruine aux 2 nations, forma un traité avec Tiber Septim, mettant fin à la guerre entre Morrowind et l'Empire Septim et englobant alors Morrowind au sein de l'Empire tout en lui conférant une totale autonomie, la dernière condition du traité étant que Vivec confie le Numidium à Tiber Septim pour l'utiliser à sa guise. Tiber, qui n'était pas enchanté à l'idée de combattre le Tribunal sur le champ de bataille, accepta le traité et la guerre se conclut. Selon certaines sources, Vivec aurait rencontré Tiber Septim. Almalexia entreprit, quant à elle, la reconstruction de la cité de Longsanglot en réaction à l'arrivée au pouvoir des Septims, la cité s'étant achevée durant l'Ère Troisième.

Le retour de Dagoth Ur Modifier

Dagoth Ur Character

Dagoth Ur gardant le cœur de Lorkhan.

Durant l'an 2E 882, Dagoth Ur, prétenduement mort après son combat contre Nérévar et le Tribunal, s'éveilla au Mont Écarlate aux côtés des siens qui furent plus tard connus sous le nom de vampires des cendres. Dagoth Ur commença à former ses plans pour détruire le Tribunal et repousser l'Empire en dehors de Morrowind, et ainsi de reconquérir les terres perdues face aux Nordiques et aux Argoniens durant son absence.

Conscient de la dépendance des Tribuns avec le Cœur de Lorkhan et leur besoin de retourner au Mont Écarlate annuellement pour puiser dans sa puissance, Dagoth Ur attendit leur pèlerinage annuel dans l'optique de leur tendre une embuscade. Affaiblis, Vivec, Almalexia et Sotha Sil ne purent vaincre les serviteurs de Dagoth Ur et leur maître qui était devenu bien plus puissant du fait de sa connexion avec le Cœur. Le Tribunal fut forcé de quitter le Mont Écarlate sans avoir pu s'alimenter du pouvoir divin du Cœur. C'est à cette époque que Dagoth Ur commença la construction de son arme ultime, Akulakhan, aussi connu sous le nom de Second Numidium.

Durant les 500 années qui suivirent, le pouvoir du Tribunal s'affaiblit, et dans des actes désespérés, Vivec, Almalexia et Sotha Sil lancèrent des assauts sur le Mont Écarlate dans le but de reprendre l'entrée de la chambre du Cœur et d'arrêter le Fléau, maladie créée par Dagoth Ur qui affligeait la région de Vvardenfell. Toutes leurs tentatives furents inutiles du fait de la puissance de Dagoth Ur contre un Tribunal affaibli et peinant à organiser des assauts tout en maintenant le Rempart intangible. Et même lorsque le Tribunal parvenait à tuer Dagoth Ur, le Cœur de Lorkhan finissait inéxorablement à le ramener à la vie. Les dirigeants de Morrowind s'affaiblissant, la société dunmer en fit de même, déclenchant les révoltes des esclaves argonniens durant la Guerre d'Arnésia. La dernière tentative d'accéder à la chambre du Cœur se déroula en 3E 417, au cours de laquelle Almalexia et Sotha Sil frôlèrent la mort des mains de Dagoth Odros et Dagoth Vémyn, mais furent sauvés par Vivec. Dans la bataille, Almalexia et Sotha Sil perdirent 2 des outils de Kagrénac : Broyeur et Lamentation, et échouèrent à les récupérer. Démoralisés et extrêmement affaiblis, la seule solution fut de concentrer les pouvoirs divins du Tribunal dans le maintien du Rempart intangible. Durant cette période, les prêtres dissidents et les détracteurs du Tribunal furent persécutés pour maintenir la foi envers le Temple des Tribuns, car sans la foi du peuple, Vivec, Sotha Sil et Almalexia auraient été impuissants et incapable de maintenir le Rempart Intangible.

Le Nérévarine Modifier

Quotebg.png
"Pourquoi ais-je essayé de vous tuer ? Parce que vous menaciez la foi que me vouaient mes fidèles. J'avais besoin de leur foi pour les garder des ténèbres au loin. Je pensais que vous étiez mon énnemi -- un pion du Seigneur Daedra Azura, ou un pion de l'empereur Uriel Septim, ou un simple imposteur -- peut-être un héro -- mais aucun de mes serviteurs n'a pu vous détruire. Les circonstances actuelles sont altérées. J'ai besoin de vous, vous avez besoin de moi."
―Vivec s'adressant au Nérévarine

Durant l'année 3E 427, la prophétie prononcée par Azura quand les Tribuns s'élevèrent au rang de dieux se réalisa. Nérévar retourna en Tamriel en tant que Nérévarine. Originellement, Vivec et le reste du Tribunal furent hostiles à l'encontre du culte du Nérévarine et proclamèrent la prophétie comme fausse du fait que cette dernière menaçait directement le Temple des Tribuns dont ils avaient nécessairement besoin pour protéger Morrowind de Dagoth Ur. Vivec y était d'autant plus hostile puisque le Nérévarine était annoncé comme celui qui mettrait fin au Tribunal et annoncerait le retour de l'ancien panthéon dunmer. Vivec finit néanmoins par réaliser que le dernier espoir du Tribunal de vaincre Dagoth Ur se trouvait être le Nérévarine. Il décida de l'aider, même au prix du sacrifice de ses pouvoirs divins. Vivec rencontra le Nérévarine dans son palais de la cité de Vivec où il lui confia ses plans pour vaincre Dagoth Ur, ainsi que Garde Spectrale, le dernier outil de Kagrenac resté en possession de Vivec. Vivec assura au Nérévarine qu'il mettrait fin aux persécutions des prêtres dissidents.

Après avoir récupéré les autres outils, le Nérévarine s'aventura au Mont Écarlate pour mettre fin aux plans de Dagoth Ur. Utilisant les outils sur le Cœur de Lorkhan, le faisant disparaître de Mundus, coupant de ce fait ses liens avec Dagoth Ur, lui permettant de le tuer, ainsi que sa création, l'Akulakhan. Néanmoins, bien que Dagoth Ur fut défait lors de cette bataille, la défaite fut amère car le Tribunal fut également coupé de leurs anciens pouvoirs divins.

La chute du Tribunal et la disparition de Vivec Modifier

Quotebg.png
"C'est très triste. Je présume qu'elle [Almalexia] a tué Sotha Sil. Je pensais qu'elle pourrait me faire du mal. Et je présume qu'elle a essayé de vous tuer, Nérévarine. Tout est très triste. Mais la mort vient à tous les mortels - et nous sommes tous mortels maintenant. Avec le temps, la mort viendra à moi, Nérévarine - peut-être même entre vos mains. Il est futile de nier son destin. Mais, néanmoins, je crains de trouver cela très, très triste que cela se termine comme ça, quelque chose qui a commencé dans une telle gloire et une noble promesse."
―Vivec sur la mort de ses collègues du Tribunal.

Après la disparition du Coeur de Lorkhan de la surface du Monde, les pouvoirs du Tribunal diminuèrent rapidement, mais ne disparaissèrent pas totalement. De nombreux Dunmers restèrent fidèles au Tribunal, permettant à Vivec, Sotha Sil et Almalexia de maintenir une petite quantité de leurs anciens pouvoirs divins. Vivec réalisa néanmoins que la foi et le pouvoir qui en venait ne durerait pas éternellement, et dédia le peu de pouvoirs qui lui restait dans la réorganisation du Temple des Tribuns, conciliant les conflits entre les prêtres du Temple et les prêtres dissidents. Il utilisa également ses pouvoirs pour aider son peuple dans leurs plus humbles besoins. Préparant le clergé du Temple à de grands changements qui allaient survenir, annonçant à ses prêtres que le Tribunal ne devait plus être honoré en tant que dieux, mais en tant que Saints ou Héros, Vivec recommenda que la foi du Temple retourne à l'ancien panthéon dunmer, dans la vénération d'Azura, Méphala et Boéthia, pensant lui-même que la tradition du Temple se devait de continuer, simplement sans l'ALMSIVI, acceptant son innévitable mortalité avec satisfaction du fait qu'il ait toujours porté son statut de divinité avec légèreté. Il annonça à ses prêtres que peu après la réorganisation du Tribunal, il disparaîtrait du Monde.

Contrairement à Vivec, Sotha Sil et Almalexia agîrent différement au regard de leur perte d'immortalité. Après la dernière défaite du Tribunal des mains de Dagoth Ur en 3E 417, durant laquelle ils perdirent Broyeur et Lamentation, Sotha Sil finit par s'aliéner du Tribunal et de tout contact humain. La seule personne avec laquelle il ait supposément parlé durant ces 10 années fut le magicien immortel Divayth Fyr. Vivec se doutait que Sotha Sil ne remarquerait pas la perte de ses pouvoirs divins, pensant qu'il était tellement fasciné par les concepts mystérieux de l'inconnu qu'il avait déjà perdu tout contact avec le reste du monde.

Almalexia, de son côté, fut horriblement affectée par sa perte de divinité du fait qu'elle prenait ses pouvoirs bien plus au sérieux que Vivec et Sotha Sil. Après la déconnexion du Tribunal au le Cœur de Lorkhan, Vivec arrêta de communiquer avec Almalexia, mais il remarqua qu'alors que ses pouvoirs diminuait, elle commençait à agoniser et s'endeuillir. Vivec craignait alors qu'elle puisse se faire du mal à elle-même ou aux autres. Et peu de temps après la perte de ses pouvoirs divins, les peurs de Vivec se réalisèrent. Selon les proches d'Almalexia, sa personnalité changea drastiquement, passant d'une figure de mère miséricordieuse à une personne assoifée de pouvoir et aggressive. Almalexia commença à sévèrement punir ceux qu'elle considérait infidèles, déclenchant notamment un tempête de cendre sur la ville de Longsanglot grâce à des anciennes machines dwemers. Finalement, perdant toute santé mentale, elle eut pour but de devenir le "seul vrai dieu" de Morrowind en tuant les autres membres du Tribunal ainsi que le Nérévarine. Elle voyagea jusqu'à la ville horloge d'Airain et assasina Sotha Sil, utilisant par la suite ses créations mécaniques pour attaquer ville d'Almalexia pour moquer son ancien ami. Sous les ordres d'Almalexia, le Nérévarine fut envoyé à la cité mécanique pour mettre fin à la folie de Sotha Sil. Les intentions d'Almalexia étant depuis le début d'envoyer le Nérévarine à la mort contre les créations mécaniques du Tribun, le Nérévarine découvrit néanmoins la dépouille de Sotha Sil, ce qui poussa Almalexia à se rendre elle-même sur place pour vaincre le Nérévarine par elle-même. Durant le combat qui s'ensuivit, incapable de vaincre le Nérévarine, Almalexia fut tuée de ses mains.

Après sa mort, Vivec fut le dernier aspect vivant du ALMSIVI. Attristé de la mort de ses anciens camarades, il savait néanmoins que mortels, ils auraient finis par mourir. Il regretta seulement que les choses se finissent ainsi. Vivec prit la tête du peuple dunmer pour les guider jusqu'à sa soudaine disparition durant le Crise d'Oblivion. Ce qui arriva réellement à Vivec reste incertain, mais sa disparition, ainsi que celle du Nérévarine durant la Crise d'Oblivion, a amené de nombreuses personnes à croire qu'il fut soit enlevé par les daedras durant la Crise d'Oblivion, soit tué par le Nérévarine. Il est également possible qu'il ait lui-même quitté le monde de sa propre initiative comme il l'avait annoncé à ses prêtres. Après la destruction de la cité de Vivec par Baar Dau en 4E 05, et l'Année écarlate, Morrowind changea comme Vivec l'avait prédit : le Nouveau Temple devint la religion prédominante en Morrowind et rétablit le culte des réclamations, ramenant les membres du Tribunal en tant que "Saints" et non en tant que dieux.

Le procès du hall de Hogithum. Modifier

Attention : Il n'est pas clairement défini si oui ou non le procès de Vivec est un évènement s'étant réellement déroulé au regard de la réalité des faits historiques ou si il sert uniquement à décrire une situation hypothétique. Néanmoins, il est ici présenté en tant que complément d'informations.

Le procès du hall de Hogithum, communément référencé comme le procès de Vivec, fut la dernière apparition connue de Vivec avant sa soudaine disparition. Le procès commença quand un érudit proposa que Vivec, devenu mortel, et les défunts membres du Tribunal soient jugés pour avoir rompu leur serment prêté à leur suzerain Nérévar, ainsi que son présumé meurtre, la problématique utilisation des pouvoirs contenus dans le Cœur de Lorkhan ainsi que sa dissimulation et l'impertinente usurpation des rôles des 3 divinités daedriques de l'ancien panthéon dunmer. Vivec accepta le procès, assisté de 3 juges : Allerleirauh, Hasphat Antabolis et Nigédo, dans lesquels il se référa comme étant son Tribunal.

Le procès commença par l'accusation visant à savoir si Vivec était responsable ou non du meurtre de son seigneur et ami Nérévar. Pour être certain que les réponses de Vivec furent véridiques, ce dernier appliqua son Visage d'eau pour répondre sans mentir, et répondit aux juges que dans sa vie mortelle, il était responsable de la mort de Nérévar, mais pas dans sa vie en tant que dieu, qu'il revendiqua comme séparées. La question fut soulevée quant à savoir si le Vivec présent au procès était la version mortelle ou divine du Tribun, si oui ou non il était la même personne qui avait assasinée Nérévar. Vivec précisa alors que lorsque Vehk le Mortel toucha le Cœur de Lorkhan, il cessa d'être et devint la version divine de lui-même, qui n'avait jamais et toujours existé en même temps, résultant d'une Cassure du Dragon au Mont Écarlate, changeant le passé pour mieux lui convenir. Il déclara ensuite que le Vivec présent ici n'était que la réminicence de sa forme divine, et non Vehk le Mortel, laissant la cour sceptique. Pour confirmer ce qu'il avançait, Vivec proposa aux juges qu'Azura soit invoquée pour témoigner de la part de Nérévar et répondre aux questions importantes qui lui seraient posées. Avec l'accord réticent de la cour, il fut décidé qu'Azura serait invoquée au prochain Hogithum. Les objets nécessaires à l'invocation furent les suivants : L'Étoile d'Azura, la ramure du roi Mort Loup-Cerf de la Chasse sauvage, un maillon de l'armure d'Alandro Sul et une ombre arrachée à un des membres de la cour, l'érudit Louis d'Onus se portant volontaire pour offrir la sienne.

L'accusation suivante fut basée sur le fait de savoir si le remplacement des 3 bons Princes Daedra par le Tribunal résulte oui ou non d'un impact négatif sur la société de Morrowind et son peuple. Pour se défendre, Vivec invoqua Shéogorath, qui défendit les prétentions de Vivec affirmant qu'en prenant la place de Méphala dans le panthéon, il devint une incarnation vivante de la déesse. Shéogorath fut ensuite effrayé par l'arrivée de Divayth Fyr au procès, qui au côté du Roi des Vers avait des raisons de croire que l'accord de Vivec d'être trainé en justice n'était qu'un autre de ses plans.

Avec l'acquisition des composants nécessaires à l'invocation, le procès fut suspendu jusqu'à l'arrivée d'Hogithum. Une fois confronté aux accusations d'avoir volé sa divinité, Vivec déclara que cela avait été prédit par le prophète Véloth, qu'un jour les Anticipations seraient usurpées par le Tribunal et qu'à cause de cela, cet acte ne pouvait être un crime. Confronté aux âpres doutes des juges, Vivec admit qu'il avait fièrement volé ses pouvoirs divins et qu'il recommencerait s'il le pouvait, affirmant qu'il avait déjà laissé des instructions pour que d'autres puissent à leur tour faire de même. Vivec avança que si lui et le reste du Tribunal n'étaient pas devenus des dieux, le peuple chimer et dunmer n'aurait jamais prospéré.

Quand Hogithum arriva, on confia au prêtre Ainoryl la tâche d'invoquer Azura dans le hall. Après que les préparatifs aient été accomplis, Azura fut invoquée, mais avant que les juges aient pu la questionner, Vivec intervint, révélant ses vraies intentions devant l'assemblée du procès. Vivec utilisa son ombre pour envelopper Azura et révéla sa néonymique, la faisant se manifester totalement et la liant à Mundus. Vivec prononça ensuite sa protonymique, la liant d'autant plus au monde, tout en libérant les âmes des mortels piégées dans l'Étoile d'Azura. Avec Azura totalement liée à Mundus, Vivec lui révéla sa capacité à utiliser le CHIM, assemblant sa lance Muatra des os de son armure et l'enfonçant profondément dans la gorge de la déesse, la banissant du monde. Une fois Azura défaite, Vivec remercia sa cour pour l'avoir involontairement aidé à se venger d'Azura. En conclusion, il plaça le maillon d'Alandro Sul dans sa bouche, prononçant le message secret trouvé dans les 36 Leçons de Vivec : "Il n'était pas né dieu. Sa destiné ne l'a pas amené à comettre ses crimes. Il choisit ce chemin de son propre chef. Il vola la divinité et assassina l'Hortator". Vivec disparut alors, insinuant que sa disparition fut le fait de sa propre initiative.

Exploits de Vivec Modifier

Durant les nombreuses années où Vivec régna sur Morrowind et Vvardenfell, il aida à protéger le peuple dunmer de nombreuses manières. Ce qui suit est une liste non exhaustive des faits dans lesquels Vivec s'est mis en valeur.

Baar Dau Modifier

BaarDau

Baar Dau.

Durant les premières années après l'ascension du Tribunal au rang de dieux, le Prince Daedra Shéogorath se rebella contre la parodie des Daedra que représentaient l'ALMSIVI et envoya le grand météore Baar Dau pour détruire la jeune cité émergente de Vivec. Néanmoins, certaines versions définissent Baar Dau comme étant un des enfants-monstres de Vivec, agissant de son propre chef. Après avoir vu le météore, Vivec leva simplement sa main et la lune s'arrêta au dessus de la cité. Vivec décida de le garder au dessus de la ville, pour montrer que la foi devait être conservée dans le Tribunal, car c'était cette dernière qui gardait Baar Dau en lévitation.

Malheureusement, 5 ans après la disparition de Vivec, l'Ingenium qui maintenait Baar Dau suspendu dans les airs en l'absence de Vivec échoua à sa tâche et le météore reprit sa course. La ville fut annihilée, créeant une réaction en chaine faisant entrer en éruption le Mont Écarlate, marquant le début de l'Année écarlate.

Molag Bal Modifier

Ruddy Man

Vivec combattant l'Homme Rougeâtre.

À l'intérieur de la caverne de Koal, près de la ville de Gnisis, Vivec combattit une incarnation de Molag Bal, connu sous le nom de l'Homme Rougeâtre. Vivec vainquit Molag Bal, épargnant sa vie, le peuple dunmer eurent la permission d'utiliser les peaux des serviteurs de Molag Bal, les Dreughs, pour faire des armures. La bataille fut supposément si épique qu'elle résultat en la création de la Faille de l'Ouest.

Bien qu'ayant été épargné, l'Homme Rougeâtre attaqua de nouveau en dehors de la cité de Larme après avoir été invoqué par un fidèle de la Maison des Troubles. Vivec et l'Homme Rougeâtre s'affrontèrent de nouveau, et Molag Bal fut vaincu une fois encore.

On prétend que l'Homme Rougeâtre aurait pu être la progéniture du mariage entre Vivec et Molag Bal.

Mehrunès Dagon Modifier

Dans la ville de Maar Gan, Vivec combattit Mehrunès Dagon après que ce dernier ait essayé d'attaquer les citoyens de la cité. Mehrunès Dagon tenta de jeter un rocher gigantesque sur la ville, mais Vivec détourna son attention pour qu'il le jette vers lui. Là où le rocher tomba, les citoyens de Maar Gan bâtirent le Temple des Tribuns. On dit que durant le combat, Vivec donna son épée d'argent à Mehrunès Dagon, car il pensait qu'il était déshonorable de combattre un ennemi désarmé.

Mythologie Modifier

Contexte Modifier

La mythologie entourant Vivec, telle qu'elle est archivée dans son Livre des Heures, aussi connu sous le nom des 36 Leçons de Vivec qui est considéré comme une révision historique de la propre histoire de Vivec, s'étant déroulée alors que Vehk le Mortel vola les pouvoirs du Cœur de Lorkhan durant l'Instant écarlate et devint un dieu. Cette altération historique permit à Vivec de légitimiser l'aspect divin du Tribunal en déterminant que leur place dans le panthéon dunmer avait toujours existée. Et que les 3 bons Princes Daedra n'étaient que l'anticipation d'ALMSIVI. Maintenant le Tribunal jusqu'à leur ascension au rang de divinités. Cette histoire rédigée dans le Livre des Heures marque le début de la seconde vie de Vivec sous sa forme divine qui a désormais été présente depuis toujours en Aurbis. Cette seconde vie et ligne temporelle que Vivec créa pour lui-même ainsi que les autres lignes-temporelles créées durant l'Instant écarlate convergèrent et fusionèrent avec la ligne temporelle principale alors que la Cassure du Dragon prenait fin, rendant réels, dans un sens, les évènements s'étant produits.

Les 36 Leçons de Vivec Modifier

Les 36 Leçons de Vivec débutent avec la naissance de Vivec sous sa forme divine. Almalexia choisit quant à elle la femme d'un éleveur de netchs en tant que représentation de la mère pour lui donner naissance. Vivec la jeta dans la mer, où les Dreugh la modifièrent et où Sotha Sil l'ensemença d'un œuf de Vivec. La femme de l'éleveur de netchs fut alors visitée par 7 Princes Daedra connus sous le nom de "Barons de Bouge-Ainsi" sur la côte d'Azura, chacun apprenant une technique à l'œuf de nouveaux mouvements et postures de combat. Leur commandant, Fa-Nuit-Hen, dit à la femme de l'éleveur de netchs d'aller sur les terres de la Maison Indoril pour rencontrer le futur Hortator. En route vers ces terres, elle fut visitée par 2 esprits, qui procédèrent à enseigner à l'œuf de Vivec de nouvelles choses. Le 6ème esprit la visitant à cette époque fut Méphala, qui brûla les yeux de la femme, mais qui se fit néanmoins dérober ses secrets par Vivec du fait de sa cécité. La femme s'aventurant par accident dans une forteresse dwemer, voyant alors le pouvoir de l'œuf de Vivec, les Dwemers l'enlevèrent à la femme de l'éleveur de netchs, la tuant au passage et plaçant l'image de Vivec dans un simulacrum. En représailles, Vivec canalisa son essence en amour, une émotion que les Dwemers ne pouvaient comprendre et dont ils avaient peur. Incapable de supporter l'idée d'aimer, les Dwemer enlevèrent le simulacre de la forteresse.

Après son supplice avec les Dwemers, le simulacrum continua son objectif originel d'atteindre les terres de la Maison Indoril. Comme auparavant, Vivec fut visité par une multitude d'esprits, avec lesquels il débatta autour de nombreux concepts, incluant un Ehlnofey qui apprit à Vivec comment devenir un Roi Règnant. Après avoir marché une très longue distance, le simulacrum mourut, et tomba sur la route d'un Indoril où il resta 8 jours avant d'être découvert par une caravane marchande. Alors que le capitaine marchand fut conseillé par son garde, Nérévar, d'amener le simulacrum à la capitale et de le présenter devant Almalexia, il crut pouvoir en tirer un plus grand profit en le vendant à la ville de Noormoc. Nérévar proposa alors d'acheter lui-même le simulacrum, mais le capitaine marchand refusa de nouveau. Vivec parla alors à Nérévar, annonçant : "Tu peux entendre les mots, alors cours au loin, deviens Hortator, révèle-toi au grand jour, reste silencieux jusqu'à ce que tu t'endormes la veille. Et ne te lamente pas sur la fonte de la pierre.". À ces mots, Nérévar tua le capitaine marchand et prit sa caravane ainsi que le simulacrum pour lui-même, dans le but de l'amener à Almalexia en tant qu'arme pour la guerre se préparant contre les Nordiques, qui dominaient à cette époque la région.

Alors que Nérévar et Vivec approchaient de la capitale, la Maison des Troubles commença à les intriguer. Lorsqu'ils atteignirent Longsanglot, Nérévar fit cadeau du simulacrum, avec Vivec à l'intérieur, à Almalexia, lui répondant : "Seht qui est Azura a révélé que la guerre est à nos portes et que le Hortator qui doit nous délivrer approchera avec une solution marchant à ses côtés". Vivec éclot alors de son œuf, fusionnant avec le simulacrum de sa mère et devenant hermaphrodite. Avec la naissance de Vivec et Nérévar devenu le Hortator, le peuple chimer se rebella contre les seigneurs nordiques. Vivec combattit les plus grand champions des armées Nordique, incluant Ysmir. Après la défaite de ces derniers, les Chimers et les Dwemers furent unis sous la gouvernance d'ALMSIVI et de Nérévar. À cette époque, Vivec donna sa première Leçon à Nérévar sur la manière de devenir un Roi Règnant et le laisse réfléchir sur la question. S'aventurant à l'extérieur de la capitale de Resdayn dans une région inhospitalère, le Prince Daedra Molag Bal se révéla à lui. Vivec lui dit : "Que tu es beau ! Pourquoi ne te joins-tu pas à nous ?" Et Molag Bal broya les pieds du poète-guerrier, après quoi il chargea ses légions de les trancher. Vivec fut alors piégé dans des filets de feu, où il devint évident pour lui que Molag Bal souhait l'épouser. À la demande de Vivec, Molag Bal commanda à ses légions de créer un banquet pour la cérémonie, puis ce dernier révéla à Vivec le symbole de la royauté : le CHIM, que Vivec révèlera à Nérévar dans sa prochaine Leçon afin de devenir un CHIM. Vivec, désormais satisfait du cadeau de Molag Bal, l'épousa, lui offrant sa propre tête. De leur union naquîrent des milliers d'enfants, la tête de Vivec restant avec Molag Bal durant 8 jours et 8 nuits avant d'être réunie avec son corps. À ce moment, tous deux avaient révélés leur amour l'un pour l'autre, amour étant "façonné tel une lance", Vivec gravant avec ses dents des mots dans celle du Prince Daedra et utilisant les secrets acquis auprès de Molag Bal pour façonner sa propre lance en une terrible arme nommée Muatra. Une fois celle-ci assemblée, Vivec projeta Molag Bal dans une fissure créée par son engeance, massacrant en larme ses enfants à l'aide de sa lance.

Après son court mariage avec Molag Bal, Vivec enseigna à Nérévar la 3ème et dernière Leçon pour devenir un Roi Règnant. Vivec le prévint que le seul ennemi que Nérévar pouvait défaire était le Sharmat, Dagoth Ur. Alors que Nérévar essayait de comprendre cette Leçon, il rencontra Vivec entrain de se raser la tête "pour faire de la place au feu", ce dernier étant une manière objective de voir. Nérévar confia alors à Vivec ne pas comprendre entièrement les Leçons qu'il lui avait enseigné. Vivec lui répondit alors "d'atteindre le paradis par la violence". Interprétant cela au sens littéral, Nérévar prit sa hache et voyagea sur la lune Masser où il fut accueilli par le Parlement des Cratères. Le parlement reconnut la place importante de Nérévar dans l'univers mais l'accusèrent d'être autoritaire. Nérévar attaqua alors le Parlement, les massacrant dans sa quête d'atteindre le paradis par la violence. Étant finalement renvoyé sur Nirn par Magnus, Vivec le retrouva dans un champ de vers de Deshaan, où ils conversèrent, marchant à travers l'Océan padomaïque jusqu'à Akavir, où Nérévar apprit de nouvelles techniques de combat. Après celà, ils marchèrent vers Atmora, où ils ne trouvèrent que des "rois aux barbes gêlées". Voyageant vers Yokuda à l'Ouest, Vivec y engendra une nouvelle race de monstres qui finirent par détruire le continent. Se rendant enfin au Mont Écarlate, Vivec dit à Nérévar que son ennemi Dagoth Ur attendait, et lui enseigna la nature du Disque Hurlant.

Croyant avoir suffisamment enseigné à l'Hortator qu'il était prêt pour la guerre à venir avec les Dwemers, Vivec décida de commencer à écrire son Livre des Heures, car il savait qu'une Cassure du Dragon arriverait. Il rendit alors visite à Almalexia pour lui dire qu'il avait besoin de vaincre 9 puissants monstres ayant échappé à son Muatra. Il lui promit qu'il reviendrait à temps pour tuer Kagrénac dans la guerre à venir. Almalexia répondit à Vivec, affirmant que depuis qu'il avait décidé de créer le Livre des Heures, il avait déjà tué l'un des 9 monstres, c'est-à-dire son soi mortel. Vivec commença alors à se demander si c'était vrai, et se demanda ensuite si sa propre divinité était le résultat des idéaux du peuple ou de ses propres désirs mortels. En réfléchissant à cela, Vivec sut pourquoi il avait besoin de faire le Livre des Heures. Il entra alors dans un espace non-spatial et décida que c'était là qu'il lancerait son attaque sur les 8 monstres restants. Dans cet endroit, Vivec reçut une vision du prochain Roi Régnant à deux têtes, le futur empereur Tiber Septim. Vivec construisit ensuite une maison provisoire dans l'espace non-spatial dans le but d'atteindre un état au-delà du CHIM. Ici, il fut accueilli par une chanson.

Quotebg.png
"La première pierre angulaire a un doigt enterré en-dessous, pointant à travers la saleté, lente et basse dans le sol du Nord qui ne peut pas être deviné,
Et bien qu'il soit sans esprit la seconde pierre angulaire a une langue,
Et même la poussière peut être bavarde,
Écoutez et vous verrez l'amour dont ont besoin les bibliothèques anciennes;
La troisième pierre angulaire a un peu de ficelle,
Formée comme votre couleur préférée,
Une fille se souvient qui l'a laissé là
Mais elle a peur de le déterrer,
Et voir à quoi il est attaché;
La quatrième pierre angulaire a 9 os,
Retiré soigneusement d'un chat noir,
Arrangée à la mode de ce mot,
Nous protégeant de nos ennemis.
Votre maison est en sécurité maintenant, alors pourquoi est-ce que-- Votre maison est en sécurité maintenant, alors pourquoi est-ce--"
―Sermon 19

Craignant sa propre réponse à cette chanson, Vivec se retira de la Maison Provisoire. Vivec affronta ensuite le premier monstre ayant échappé à Muatra, connu sous le nom de l'Axe Lunaire. L'Axe Lunaire était immunisé contre les lances, car son corps n'était constitué que de lignes droites ne restant jamais trop longtemps dans une même position. Pour le vaincre, Vivec le frappa avec une épée incurvée et enveloppa son corps avec les âmes de chiens de Nix, en gardant son corps dans une même position. Vivec le transperça ensuite avec Muatra, l'achevant sur le coup. Un groupe de philosophes chimers étudia les lignes constituant les restes de l'Axe Lunaire. Vivec décida d'expliquer à ces philosophes comment transformer les lignes en rayons de la Roue, en donnant naissance à la première École Tourbillonnante, où Vivec enseignerait pendant un an. Après cela, Vivec retourna à la Maison Provisoire afin de trouver le 2ème monstre, l'Épée de Bois du Trésor, qui était caché dans la tombe de la Maison chimer Mora. Dans la tombe, Vivec fut informé par un cadavre ambulant qu'il n'était pas autorisé à récupérer l'Épée comme un accord fait avec Méphala, en le gardant ici. En réponse à cela, Vivec demande l'aide de la Morag Tong, où il montra parmi eux un seul vaste mouvement de sexe et de meurtre dans tous leurs refuges. Une fois cela fait, le chef de la Morag Tong offra l'Épée de Bois du Trésor à Vivec.

L'Épée de Bois du Trésor récupérée, Vivec retourna à la Maison Provisoire pour trouver l'emplacement du 3ème monstre. Le 3ème monstre, connu sous le nom de la Montagne de la Horde, fut une énorme pile conique de guerriers dont le sommet atteignait les nuages. Avant que Vivec ne puisse attaquer le monstre, 3 maisons basses des chimers piégèrent la bête dans un filet de "doctrine douteuse". En remerciement des actes de ces 3 maisons, Vivec fit une célébration et proclama les membres de ces maisons pour ses Porteurs d'armes flottants. Vivec perça ensuite la Montagne de la Horde avec Muatra, et jeta ses restes au Nord-Est, où ils atterrirent et formèrent la cité de Vivec. Vivec quitterait alors sa cité pour trouver le 4ème monstre, la Cabale de Poche, se cachant dans les listes de sorts des plus grands sorciers telvannis. Voulant rassembler les mots de ce monstre, Vivec se déguisa en voyageur commun, Muatra en nain. Après 1 an ou 2 de vol des mots de la Cabale de Poche, Muatra explosa, faisant que la Cabale de Poche s'est cachée dans un groupe d'esclaves, les faisant éclater dans un vacarme de connaissances interdites sur les arcanes. Un gros insecte apparut devant Vivec, portant le plus grand des sorciers telvannis, qui déclara son mécontentement face aux actions de Vivec. Vivec lui répondit en le transperçant avec Muatra. Le harnais de l'insecte est tombé sur la plume esclave, libérant les esclaves à l'intérieur portant encore la Cabale de Poche. Pour arrêter la Cabale, Vivec créa un démon à tête de dôme et piéga les esclaves à l'intérieur. Laissant Sotha Sil s'occuper de l'énigme qu'est la Cabale de Poche, Vivec trouva le 5ème monstre, l'Homme Rougeâtre. Ce dernier fut dans une forme que Molag Bal prit dans un kalpa précédent, quand les Dreughs régnaient sur le monde, et cette vieille image de Molag Bal naquit de nouveau quand il s'accoupla avec Vivec. Ce monstre prit la forme d'une armure, et celui qui la porta se transforma en un puissant tueur. Après avoir corrompu un jeune enfant de Gnisis, l'Homme Rougeâtre fut découvert par Vivec. La lutte entre les deux résulta par la création de la Faille de l'Ouest. Une fois que Vivec vainquit le monstre, il offrit l'armure à la reine des Dreughs, qui modifia sa mère, la femme de l'homme-netch. Les Dreughs promirent de garder l'armure loin des gens du monde de la surface, mais Vivec découvrit dans 10 ans qu'ils mentaient lorsqu'un autre individu portant l'Homme Rougeâtre se leva. Vivec tua de nouveau l'Homme Rougeâtre, et donna alors l'armure aux fidèles mystiques de la Salle des Nombres.

En cherchant le 6ème monstre, Vivec tua secrètement un mystique loyal par frustration. Quand Nérévar lui demanda pourquoi, Vivec lui dit : "Personne ne sait ce que je suis." ; et l'Hortator accepta cela. Le 6ème monstre s'appelait Ha-Note et se cachait dans la Place adjacente, où une race de monstres connus sous le nom d'Agrippeurs lui apporta de nouvelles émotions et créa sa première cité à l'image de Vivec. Cette modification transforma Ha-Note en une bête connue sous le nom de Cité-Visage, qui tenta de remplacer la cité de Vivec par lui-même, car il pensait que s'emparer de la culture de Vivec était une meilleure solution qu'avoir la sienne corrigée. Après que Nérévar et Almalexia aient fini de combattre une armée de Dwemers, Nérévar vit Cité-Visage affronter Vivec. Vivec corrigea ensuite la culture agrippeur de Cité-Visage avant de le tuer avec le Couteau Génial.

De nombreuses années passèrent et les Dwemers furent presque prêts à faire la guerre aux Chimers. Pendant ce temps, Nérévar se maria avec Almalexia, et Vivec commença à se lasser de tuer ses enfants. La réflexion de Vivec fit changer la couleur de la peau des Chimers en une couleur gris foncé, et Nérévar voulut savoir ce qui le peignait. Nérévar trouva Vivec dans un Temple écrit dans son Livre des Heures. Vivec écrivit une écriture sur la façon dont les Et'Ada étaient tous des menteurs, et dont cet équilibre avec eux ne peut pas être atteint. Cependant, il raya ensuite ce passage avec de l'encre et écrivit plutôt une écriture sur la nature de la vérité. Après avoir écrit ce passage, Vivec retourna à la Maison Provisoire pour trouver le 7ème monstre, nommé Roc-Menteur, s'étant envolé vers le ciel et rencontra le Fantôme du Vide. Fantôme du Vide dit à Roc-Menteur que s'il restait avec lui pendant 100 ans, il pourrait lui apprendre des secrets qui le rendraient plus grand que n'importe quel autre dieu. Cependant, Vivec trouva Roc-Menteur et lui dit que les offres du Fantôme du Vide ne sont que pour les Rois Régnants, et envoya ensuite Nérévar pour le tuer. Au lieu de trouver Roc-Menteur, Nérévar trouva le Fantôme du Vide, qui dit à Nérévar qu'ils étaient tous les deux au mauvais endroit. Dans ce moment de confusion, Roc-Menteur saisit l'occasion pour attaquer la cité de Vivec, tombant du ciel comme un météore, mais avant que tout dommage puisse être fait, Vivec congela Roc-Menteur en l'air en levant simplement sa main et la transperçant avec Muatra. Quand Nérévar revint à la cité de Vivec, il demanda à Vivec s'il voulait le retirer. Vivec répondit, déclarant qu'il garderait Roc-Menteur gelé là où il était avec ses dernières intentions, de sorte que si l'amour du citoyen pour Vivec disparaissait à jamais, ils seraient écrasés par le rocher. Le 7ème monstre vaincu, Vivec retourna à la Maison Provisoire pour trouver le 8ème et le plus fort des monstres, prenant cette fois Nérévar avec lui. Quand Nérévar arriva, il eut la même vision effrayante que Vivec la première fois qu'il entra dans l'espace non-spatial, celui du prochain roi à 2 têtes, Tiber Septim. Ensemble, ils trouvèrent tous les deux le 8ème monstre, nommé GULGA MOR JIL. Au lieu de se battre contre son/sa mère-père, GULGA MOR JIL demanda à Vivec pourquoi il devait mourir. Vivec dit au monstre que c'était sa nature de mourir et lui donna une prière de miséricorde pour le réconforter. Avec cela, le 8ème monstre accepta sa mort et ses os devinrent la base de Narsis.

Maintenant tous les monstres vaincus, la guerre contre les Dwemers commença. Les Dwemers furent aidés par les Nordiques, avec Ysmir pour chef. Nérévar mena les armées des Chimers et massacra le roi dwemer Dumac au Mont Écarlate, où il trouva pour la première fois le Cœur de Lorkhan. Les animachines dwemers attaquèrent Longsanglot, mais furent repoussées par Almalexia, et Sotha Sil commanda une armée de Dreughs de la Cité mécaniqes. Nérévar partit à la recherche de Dagoth Ur dans le Mont Écarlate, mais celui-ci explosa quand il tenta de s'enfoncer trop loin à l'intérieur. C'est alors que le grand prêtre Kagrénac a révélé sa grande machine de guerre, une étoile qui marche, qui était l'âme des Dwemers construite à l'image de Vivec, et qui détruisit le cœur de Véloth, créant ainsi la Mer intérieure. Pour vaincre l'étoile, Sotha Sil, Almalexia et Vivec s'unirent et prirent de l'étoile son feu intérieur, son mystère et ses pieds. Ne pouvant plus marcher, l'âme des Dwemers fut vaincue et retirée du monde.

Personnalité Modifier

Vivec's Ashmask

Le masque des cendres de Vivec, un sympbole de la générosité et du soutien de Vivec envers le peuple de Morrowind.

En se référant à sa vie de mortel, Vivec se décrit comme étant très impatient, appréciant la discussion pour être rapide et aller droit au but. Adolescent, Vivec fut prêt à tuer, voler et se prostituer sans regret. Cependant, sa personnalité changea en vieillissant. Au cours de ses années au Premier conseil, il aurait été son chevalier le plus vaillant, ainsi que son voleur le plus subtil, une qualité encore présente chez lui même dans la divinité. Il est également affirmé que Vivec soit courageux, honorable, rusé et sournois, tout à la fois. Vivec est considéré par les habitants de Morrowind comme un dieu bienveillant et protecteur, et est souvent considéré comme l'aspect le plus populaire du Tribunal en raison de ses fréquentes apparitions publiques et de sa protection du peuple dunmer par des moyens diplomatiques et martiaux. Le récit du masque des cendres de Vivec affirme que quand un fermier était malade et ne pouvait pas payer les honoraires du Temple pour un soin, Vivec lui-même le guérit et laissa le masque comme symbole, montrant sa générosité et sa gentillesse. En vénérant Vivec, les gens reconnaissent sa valeur, son audace, sa justice, sa courtoisie, sa fierté, sa générosité et son humilité, chacun de ces traits de Vivec étant connus sous le nom de ses Sept Grâces. Vivec montre une forte appréciation pour les arts, notamment la poésie, qu'il est censé écrire tous les matins. Il est souvent décrit comme étant à la fois "beau et sanglant" et d'une "violence artistique" en raison de sa double nature, qui donna à Vivec une personnalité bipolaire. Les essences protectrices et artistiques de Vivec lui valurent l'appellation "Guerrier-Poète". On pense que Vivec est devenu l'amant d'Almalexia quelque temps après la mort de Nérévar.

Le Temple des Tribuns enseigne que la dualité de Vivec est dérivée de sa supposée représentation de l'Ère de l'Aube en tant que Prince Daedra Méphala. Il est enseigné que Vivec et les autres membres du Tribunal devinrent des dieux guidés par leurs anticipations respectives, ainsi que par une discipline et une vertu surhumaines et une sagesse et une perspicacité surnaturelles, mais ceci est connu comme étant faux. Ce fut le vol par le Tribunal du pouvoir du Cœur de Lorkhan qui en fit des dieux. Néanmoins, il est toujours possible que Vivec et les autres aspects d'ALMSIVI soient réellement liés aux Réclamations daedriques provenant du manteau. La relation de Vivec avec Méphala lui donna un comportement secret plus sombre qu'il cache au peuple dunmer, ceci le liant avec les concepts de sexe et de meurtre, dont Méphala en est la divinité protectrice. Vivec décrit même son amour comme étant "en forme de lance", ce qui, dans un sens, reflète sa nature violente et aimante. Le peuple de Morrowind ne considère pas Vivec comme une représentation de ces notions, mais il accepte inconsciemment que ces composants de Vivec existent.

Vivec montre son côté sombre lors de son procès, dans lequel il trompa et risqua la vie de nombreux érudits importants afin de se venger d'Azura, semblant même avoir planifié la mort d'un Khajiit qui était présent au procès. Vivec déclara également à la fin de son procès que chaque don qu'il offrit était pour son propre plaisir, et avoue ouvertement avoir tué Nérévar et avoir volé la divinité de son propre gré. Des actions discutables de Vivec peuvent se discuter dans les 36 Leçons de Vivec, si elles devraient être considérées comme vraies ou non, notamment son meurtre d'un mystique loyal qui n'a rien fait de mal, et le fait de garder Baar Dau au-dessus de sa ville comme une demande énergique d'amour et de foi de ses citoyens. Dans la situation désespérée où vivait Vivec alors qu'il essayait d'arrêter Dagoth Ur, Vivec déclara qu'il ne se souciait plus de la souffrance de son peuple et que la seule raison pour laquelle il continuait à repousser Dagoth Ur fut d'éviter de subir la honte de perdre face à lui. Vivec et les autres membres du Tribunal furent connus pour faire des choses immorales dans la manière de protéger Morrowind et son peuple, notamment pendant la crise causée par Dagoth Ur. Le raisonnement le plus récurrent des actions telles que la persécution des prêtres dissidents et des mensonges proférés sur la façon dont le Tribunal eut vraiment reçu la divinité fut que les gens gardent confiance envers le Tribunal, particulièrement durant les périodes difficiles.

Vivec était connu pour prendre sa divinité assez légèrement et ne se souciait pas vraiment de savoir s'il était un dieu ou non. Après sa déconnexion du Cœur de Lorkhan, on dit qu'il était heureux d'être redevenu mortel.

Galerie Modifier

C0DA Modifier

Les images suivantes de Vivec font partie du C0DA :

Remarques Modifier

  1. Vivec est généralement représenté dans sa forme masculine. Cependant, il est dit qu'il est né hermaphrodite, et de nombreuses sources attribuent Vivec à la fois comme un homme intersexué et une femme. Après son Apothéose, il possédait le pouvoir de passer d'un sexe à l'autre, bien qu'il prît souvent une forme masculine.
  2. Dans The Elder Scrolls IV: Oblivion, des rumeurs affirment que le Nérévarine a tué Vivec, qui était l'une des options de la quête principale dans The Elder Scrolls III: Morrowind. On dit aussi que Vivec a été "capturé" par les Daedra pendant la Crise d'Oblivion. L'ancien Othréloth dans l'extension The Elder Scrolls V: Dragonborn du jeu The Elder Scrolls V: Skyrim déclare que "Ils (Sotha Sil, Vivec et Almalexia) ont été détruits.", signifiant que le Nouveau Temple croît que Vivec est mort. Le texte hors-jeu "Le procès du hall de Hogithum" déclare que Vivec a disparu après le procès, et on ignore où il se trouve après cet évènement.

Apparitions Modifier

Série principale Modifier

Épisodes dérivés Modifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .